À quand un Web accessible ?

L'accessibilité Web, un concept qui s'impose doucement mais surement. L'enjeu est de taille : la digitalisation pour tous, vraiment.

Les supports d'Internet, même si les réseaux sociaux les cannibalisent un peu, ce sont avant tout des sites web.

Des blogs, des pages Wikipedia, des savoirs et aussi de bonnes palanquées d'inepties plus ou moins joyeuses.

Des contenus, mais aussi des mises en page, des manières d'intégrer, de véhiculer des idées par du HTML des familles plus ou moins inspiré ...

Il y a plusieurs années de cela je vous avais déjà parlé de l'importance d'un web accessible à tous en compagnie de Monique Brunel, une éminente doyenne du Web.

Depuis lors, bien des choses ont bougé. A commencer par l'arrivée des smartphones, ces petits écrans malicieux qui ont encapsulé nos pages web, et ont amené leur propre environnement numérique à travers les applications.

Et puis il y a eu l'avènement des réseaux sociaux, la montée en puissance de la vidéo, et bien d'autres réjouissances qui ne sont pas toujours à la portée de nos semblables malvoyants.

Il était donc grand temps de faire le point.

J'ai donc posé quelques questions au camarade Marc-Antoine Bonnet afin qu'il me raconte par le menu ce qu'est vraiment l'accessibilité et où nous en sommes à l'heure du mobile et de la digitalisation de masse ... interview !

Quel est votre parcours ?

Après des études universitaires dans les services et réseaux de communication, j'ai poursuivi mon chemin dans le domaine du multimédia en tant que concepteur pour approfondir mes compétences dans le développement web et la conception graphique.

Comment avez-vous rencontré ce concept de l'accessibilité Web ?

J'ai découvert le concept d'accessibilité Web dans mon travail actuel, l’association Valentin Haüy.

Au début des années 2000, j’ai choisi cette association car j’étais curieux de savoir comment faisait les personnes déficientes visuelles pour naviguer sur Internet, surtout avec tous les éléments graphiques et multimédia que l’on peut trouver sur une page web.

A cette époque, je pensais que ce concept était déjà bien en place.

Mais au fil des années, j'ai réalisé qu'un bon nombre de sites internet ne prenaient pas suffisamment, voire pas du tout, en compte l'accessibilité Web et que les personnes aveugles et malvoyantes avaient beaucoup de difficulté pour avoir accès à l’information en ligne.

Est-ce que le web actuel vous semble assez accessible ?

Malgré tout le travail qui a été fait par le World Wide Web Consortium (W3C) avec le projet Web Accessibility Initiative (WAI), créé en 1996, pour établir des recommandations internationales (les WCAG : Web Content Accessibility Guidelines), on constate depuis plusieurs années que de nombreux sites internet ne sont pas accessible.

La loi du 11 février 2005, oblige tous les sites publics en ligne de l’Etat, les administrations, les collectivités territoriales et les établissements publics qui en dépendent à appliquer ces recommandations.

Pensez-vous que le W3C tient assez compte des contraintes de l'accessibilité ?

Il n’y a pas réellement de contrainte d’accessibilité.

Concernant l’accessibilité des contenus web, la mise en place doit se faire en amont lors de la conception d’un projet de site web, comme les fondations d’une maison.

Si elle est prise après la conception du site web, elle nécessite beaucoup plus de travail et des frais supplémentaires, ce qui implique la plupart du temps une refonte du site.

C’est pour cela qu’il est important que les concepteurs tiennent en compte, dès le départ, les normes internationales d’accessibilité.

Cela réduit considérablement les coûts et le temps de mise en place.

L’accessibilité ne rend pas, uniquement, service pour les personnes aveugles et malvoyantes. Les personnes voyantes sont aussi concernées, surtout par rapport au niveau de contraste des couleurs qui, mal géré, peut provoquer des fatigues visuelles.

Tout comme les personnes d’un certain âge qui ont besoin que les formulaires (administratifs, demande de renseignements, abonnements divers, …), soient plus simples et faciles à remplir avec des textes d’aides.

Tout le monde, à un moment ou un autre, peut être concerné par l’accessibilité.

Il ne faut pas voir l’accessibilité comme une contrainte mais comme un plus qui améliore la qualité de service d’un site web.

De plus, elle est totalement transparente, ce qui permet d’avoir un site web moderne, rapide, mieux référencé par les moteurs de recherche, etc…

La citation de Tim Bernes-Lee résume très bien ce contexte :

« Mettre le web et ses services à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales. »

Dans le domaine des applications mobiles, il y a une prise en compte de l'accessibilité ?

Vu l’émergence des smartphones de nos jours, les applications mobiles sont plus que jamais concernés par l’accessibilité.

Le W3C tient, bien évidemment, compte de l’accessibilité de ces périphériques et des applications qui vont avec, tout comme les sites internet.

Les smartphones sont de plus en plus nativement accessibles.

Par contre, pour les applications c’est une autre histoire, surtout pour les applications tierces.

Donc, certains utilisateurs, selon leur handicap, se tournent vers des périphériques mobiles spécialisés qui répondent plus à leur besoin.

Quelle est la première étape pour rendre son site web accessible ?

La première chose à faire pour rendre son site accessible est de faire appel à un expert en accessibilité Web qui pourra évaluer le degré d’accessibilité du site et fournir par la suite un relevé des problèmes qui ne vont pas.

Ensuite, si l’on souhaite obtenir une certification qui garantit le niveau recommandé par l’Union européenne, il faut passer par un organisme qui effectuera un audit qui a pour but de délivrer le label.

C'est quoi AccessiWeb ?

AccessiWeb est un organisme qui délivre des labels, après un audit des contenus, pour certifier l’accessibilité d’un site web selon l’application de leur référentiel.

Il y a trois niveaux d’accessibilité, le niveau recommandé par l’Union européenne est le AA :

Il existe plusieurs référentiels ou méthodes d’application qui permettent de tester l’accessibilité des contenus d’un site web.

Ils sont tous basés, et totalement compatibles, avec les normes d’accessibilité internationales du W3C, les WCAG.

En tant qu’expert AccessiWeb, je peux prendre le référentiel RGAA (Référentiel Général d'Accessibilité pour les Administrations) pour tester un site web. Les critères d’évaluation sont les mêmes mais présentés différemment et certains sont plus strictes (comme l’AccessiWeb) que d’autres.

Le RGAA est le référentiel qui tend à devenir la seule et unique méthode d’application pour valider le niveau d’accessibilité des pages web.

Pouvez-vous nous présenter quelques sites remarquables qui sont totalement accessibles ?

On ne peut pas dire qu’un site web est totalement accessible parce qu’un site est sujet à des modifications de contenu constante.

Ce qui peut dégrader son niveau d’accessibilité (surtout si on n’applique pas à nouveau les normes) et même le rendre inaccessible.

Il est rare de trouver des site web de ce genre, les seuls qui rentrent dans cette catégorie sont des sites web statiques.

C’est pour cela qu’il faut maintenir ces normes internationales, qui sont simples à mettre en place pour les contributeurs, à chaque changement ou ajout de contenu.

En voici quelques uns :

Merci pour toutes ces précisions !Et vous, chers adorables lecteurs, avez-vous entrepris de rendre vos pages web plus accessibles ? Racontez-moi tout ça via les commentaires !