La montagne 2.0 ...

... à l'assaut des sommets numériques ? Une aventure à suivre au coin du web ...

Les plus attentifs de mes petits camarades lecteurs l'auront remarqué : je développe des stratégies qui font du bien aux clics des sites web. En un mot plutôt qu'en soixante : je suis référenceur à toutes heures. Voilà donc que je glisse de temps à autres un ou deux liens de copinage via mon blog, ici même. C'est le cas aujourd'hui avec une interview inédite consacrée à mon gentil client Daniel Appell aka Camalis ...

Sa passion à lui c'est la montagne : c'est même son métier. Grimper haut sur les sommets, il connaît. Il a voulu aussi tenter l'aventure sur le web, avec les vertigineuses pentes numériques concoctées par les facétieux ingénieurs de Mountain View ... Après avoir entièrement réalisé la refonte graphique+ergonomie du site, nous voilà parti pour une belle aventure. Et aussi une découverte permanente pour moi : les beautés de la montagne sont pleine de surprises ... interview avec un passionné !

Quel bon vent vous a amené à devenir un professionnel de la montagne ?

Le hasard ! Mais je suis persuadé que d’une façon ou d’une autre je serai "tombé" dedans. Car c’est bien le hasard qui mène la danse. De petites perturbations semblants insignifiantes, une rencontre imprévue, voila au final ce qui détermine toute une vie ! Encore faut-il avoir la chance de rencontrer "son" hasard. Ensuite, reste à hisser les voiles ! En ce qui me concerne, le chemin a été long, sinueux mais le cap était là depuis longtemps. Finalement, pouvoir associer motivation, passion et travail, c’est vraiment un bon vent.

Vous avez une approche très écologique de la montagne : un esprit que vous essayez de transmettre lors des randonnées ?

L’approche écolo est une approche qui me semble essentielle. En montagne ou ailleurs, la connaissance, les savoirs, ouvrent les yeux et la tête. On peut bien entendu randonner en montagne avec des aspirations très variées. Mais découvrir les subtilités de la vie d’un arbre est fascinant. Comprendre la reproduction des orchidées est étonnant. Observer l’adaptation d’un chamois à son milieu laisse pantois !

Lorsque l’on randonne en montagne on peut découvrir et prendre conscience de tout cela, petit à petit. Être curieux c’est peut être déjà sortir un peu des griffes d’un mode de vie confiscatoire ? Vient ensuite la compréhension du lien qui unie tous les être vivants. Une immense toile d'araignée naturelle façonnée par la nature depuis l’apparition de la vie sur Terre. La moindre tension, le plus petit désordre en n’importe quel point de ce "web" et voilà toutes les composantes de la vie affectées. Alors, vos randonnées se transforme car votre regard a changé : lorsque vous vous posez sur une crête herbeuse, ou bout d’un moment, immobile et silencieux, vous en faites partie.

Vous observez l’aigle qui cherche a surprendre une marmotte, qui elle même a donné le signal d’alerte quand vous êtes passé non loin de son domaine. Plus loin, les chamois de l’année sont à la garderie, à faire des cabrioles sous l’oeil d’une "nounou", pendant que les adultes se repaissent de l’herbe de l’alpage. Si l’aigle approche, l’air de rien, elle donnera l’alerte. La santé des chamois pour passer l’hiver dépend quant à elle de la bonne herbe, bien verte, qui couvre les pentes. Herbes qui ne sont là que grâce à notre bon vieux soleil et aux végétaux qui ont inventés la photosynthèse. Progressivement le randonneur écolo est ainsi immergé dans un milieu dont il est trop souvent, voir totalement, extrait : la nature !

Cela est particulièrement flagrant chez beaucoup trop d’enfants … Cette ré-insertion dans notre milieu d’origine, même temporaire, ouvre bien des perspectives pour beaucoup. Admiration et respect vont de paire. Cette approche re-donne des repères et re-lie à nouveaux l’homme et son environnement. Et goûter à cela, à cet esprit, est je crois une étape obligée pour stopper cette destruction folle que l’homme s’acharne à perpétrer contre la nature ! Contre lui-même !

Dans ce sens, la randonnée est pour moi une activité révolutionnaire ! Les randonneurs sont des révoltés en puissance : ils tissent des liens essentiels et respectueux avec notre milieu naturel et se dépouillent progressivement de cette obsédante chansonnette de la possession. C’est cela que j’essaye de transmettre. Et la montagne y est pour beaucoup ! La randonnée, ça ne sert à rien, ça ne rapporte rien, c’est fatiguant et inutile ! Que demander de mieux !?

On pense souvent que les espaces naturels là haut sur les sommets sont à l’abri des effets de la pollution …

Ce n’est bien sûr pas le cas. La mondialisation de notre environnement existe depuis les origines de la Terre ! Les conditions de vie dans les milieux montagnards sont très rudes et les équilibres écologiques précaires. La faune et la flore qui y vivent sont très bien adaptées à ces conditions difficiles mais d’autant plus sensibles et fragiles aux moindres perturbations de leurs milieux. Les actions de protection et de conservations sont nombreuses, parcs régionaux et nationaux, initiatives locales ou européennes, programmes transfrontaliers… Les montagnes en Europe sont ainsi particulièrement propres visuellement, mais on trouve cependant des traces d’hydrocarbures au sommet du Mont Blanc !

Car les pollutions se jouent des frontières. Et les conséquences des activités humaines se voient sur toutes les montagnes du monde. Il n’est pas nécessaire d’aller en Islande pour constater l’impact des modifications du climat sur les glaciers. En Vanoise, dans les massifs du Mont Blanc ou des Écrins, le recul et la fonte des glaciers sont "proprement" étourdissants. Ce qui constitue un excellent point de départ pour une "prise de conscience" environnementale.

Le nomadisme que permet les smartphones rendent les gens de moins en moins déconnectés des espaces numériques …

En tant que pro de la montagne, c’est très appréciable. Pour prendre les prévisions météo, donner une position gps lors d’un secours, obtenir une vue satellitaire ou une carte, confirmer des horaires de transports, une réservation dans un refuge, montrer des images de la faune et la flore sans emmener sa bibliothèque,… Mais il ne faut pas oublier que le "réseau" n’est pas partout présent en montagne ! La panique qui envahie certains jeunes randonneurs à l’idée qu’ils ne vont pas être connectés pendant deux jours laisse voir le chemin qu’ils leurs reste à faire pour se réapproprier les milieux naturels…

De même, ceux qui partent en rando en se disant que si il y a un problème, ils appelleront les secours, passent totalement à côté de l’esprit montagnard. J’ai même eu une fois une personne dans mon groupe qui ne me voyant plus au détours d’un chemin m’a appelé pour savoir ce qui se passait… Nous étions à 50 mètres l’un de l’autre !

Autonomie et engagement personnel, connaissance de la montagne, respect des sauveteurs, voilà des valeurs qui doivent présider à une sortie en montagne. Un itinéraire étudié, cartes et boussole dans le sac. Et, cerise sur le gâteau, un smartphone éteins mais batterie chargée à bloc, au cas où…

Quelle est la proportion des contacts que vous obtenez via votre site web ?

L’essentiel des particuliers : groupes de copains, personnes seules, clubs de rando, familles… Mais le web est aujourd’hui bien plus qu’un carnet d’adresses. C’est un outil incontournable pour diffuser une information ciblée. Blogs, sites d’informations, de comparaisons, forums… Autant d’opportunité de toucher des publics variés sur les problématiques liées à la montagne.

Ce ne sont pas forcément des randonneurs ou mêmes des clients potentiels, simplement des personnes que la montagne intéressent. Et les portes d’entrées sont nombreuses : faune, flore, géographie, géologie, architecture, climat, éducation à l’environnement, astronomie… Plutôt que de parler de contacts, je parlerais d’une communauté de partage. Voilà ce à quoi j’aimerais contribuer avec mon nouveau site.

Les réseaux sociaux comme FaceBook par exemple vous semblent des outils pertinents pour fidéliser ou développer vos contacts ?

Comme tous les outils performants, la difficulté est les utiliser à bon escient. Avec le web en général et les réseaux sociaux en particulier, il est difficile de ne pas se retrouver noyé dans la masse prodigieuse des données disponibles. Et de ne pas s’y perdre. Le rythme soutenu, et imposé, des échanges ne favorise ni le tempo de la de la réflexion ni celui de la relation humaine. Celles-ci en sont clairement fortement modifiées, sans que personne ne sache vraiment ce que cela va donner. Mais c’est un fait. Pour le meilleur comme pour le pire. Alors gardons le meilleur !

Car les réseaux sociaux sont devenus incontournables. Libre à chacun de construire sa toile numérique. Pour ma part, j’essaye de partager les informations montagnardes qui m’intéressent. De donner des pistes, des liens, des infos, de favoriser les contacts en diffusant les projets de randonnées et les dates de départ !

Pensez-vous que le web et ses atouts communautaires peut devenir un véritable outil pour éveiller les consciences aux enjeux écologiques ?

Pas si l’on s’en contente. Le web reste un outil de communication, d’information. Espérons qu’il reste le plus libre et accessible possible. Mais le terrain est incontournable pour ressentir concrètement, pour vivre émotionnellement les questions écologiques. Rester devant son écran ne peut suffire. Une vidéo de chamois n’est pas un chamois. Une photo de fleur n’est pas une fleur.

Il manque l’essentiel : la course du chamois droit dans la pente, les graines qui murissent et se dispersent, le vent, le ciel bleu, le froid, les odeurs, le toucher, l’altitude,… Le web est une porte ouverte. Encore faut-il la franchir ! En partant en randonnée, évidemment !

Vous semblez à l’aise avec les nouvelles technologies : vous avez des bons liens à proposer à nos lecteurs pour mieux connaitre la montagne comme vous l’aimez ?

Les sites de nombreuses associations sont une mine d’infos. Citons ceux-ci :

Il y a aussi les sites des parcs nationaux : www.parcnational-vanoise.fr et www.ecrins-parcnational.fr ...

Merci Daniel ! Sans oublier le bien joli site de notre invité de l'instant : Camalis.net ! ;)