Bruxelles

Une promenade urbaine dans l'intimité ouatée d'une ville sublimée au détour d'instants fragiles, entre chien et loup ...

Un livre qui vient tout juste de paraître, reçu ce matin-même dans ma boîte aux lettres analogique. Une belle invitation à parcourir les horizons blancs d'une ville aux architectures plus qu'organiques, façonnée par les mouvements esthétiques de toutes les époques. Après Bruxelles Horizon Vertical sorti des presses en 1998, la camarade photographe belgicaine Marie-Françoise Plissart nous donne à voir une fois de plus la capitale européenne avec un œil aérien. A l'assaut des tours, sous les auspices formidables d'un ciel si bas que le banal s'y est perdu.

Baignée jusqu'à l'objectif dans le premier art présent à tous les coins de rue, l'auteure a également collaboré avec François Schuiten et Benoît Peeters ... de grands noms qui ont su faire vibrer la puissance évocatrice des cités dans notre imaginaire. Une dame portée par l'amour des axes, subtilement mis en lumière par des clichés qu'on devine patients et millimétrés avec soin.

Ce nouvel opus visuel sobrement intitulé Bruxelles vient de paraître chez Prisme, une maison d'édition elle aussi très impliquée dans le partage des images contemporaines de notre quotidien ; architecture, urbanisme, arts visuels. Tout ce qui caresse les yeux en passant par le cerveau, en quête du sens du beau.

Les textes signés de Vincent Cartuyvels amènent tout particulièrement bien le propos, sensible et poétique sans la moindre touche de romantisme à la rose des sables émouvants. Rêveries panoramiques pour les regards en quête de magique. Des cieux cotonneux au blanc aveuglant, des saignées d'orange tracées dans la brique, les alternances rythmées des tuiles rouges et des ardoises, des tours et des clochers, de l'intime au figé. On a véritablement l'impression de prendre de la hauteur sur l'inextricable urbanisme ambiant, pour sublimer des surfaces et volumes que l'esprit peine à imaginer, en bas, si j'y suis. Quelques mètres de surplomb suffisent alors à tracer des lignes, attrapées et tissées avec soin par l'oeil de la photographe.

La lumière naturelle et l'éclairage public se croisent avec malice à des instants suspendus par le temps, quelque part entre les caprices de la météo et l'urgence de l'humain, d'abord. Un très beau livre pour découvrir Bruxelles autrement, par delà les parfums sucrés de ses artères, bien au dessus même des empires métalliques des grues éternelles !

Cerise sur la typo : le format de ce recueil vous donne la possibilité d'admirer l'acrostiche BXL lorsque vous l'avez soigneusement rangé dans votre bibliothèque ! Un livre plein d'images capturées pour le plaisir de vos pupilles attentives en vente libre par ici et chez les (très) bonnes librairies !