Quoi Google, qu'est ce qu'il a Google ?

Photo : Quoi Google, qu'est ce qu'il a Google ?

Je lisais ici où là que certains bien pensants du moment voyaient encore surgir l'ombre du malin des entrailles des robots de Moutain View …

Et ça me fait doucement marrer. Doucement hein, pas plus vite que ça, je suis enrhumé sévèrement grave en ce moment. Et pour une fois c'est pas les foins. Bref, j'ai lu chez le très inspiré Keeg que les procès d'intentions vont bon train contre Google. Rien de nouveau, mais il y est question de transparence. Et visiblement les malcomprenants un brin aigris veulent clairement que Google passe son temps au chevet des mauvais webmasters. Conseillés par leurs mauvais référenceurs, ces piètres entrepreneurs trouvent intolérable que Google change de temps en temps les règles de l'algorithme. Ils voudraient qu'on leur donne la main pour réussir, qu'on leur dise tous les secrets.

Des secrets que Google se paye via les ingénieurs qu'ils emploient, dont Matt Cutts, non pas pour emmerder les webmasters, mais pour rendre le service plus pertinent.

Vous noterez que ce sont les mêmes qui vont s'épancher sur les forums SEO en parlant avec des mots comme "interdit" ou "loi" à propos des guidelines et bonnes pratiques sur le web. Ces gens prennent Google pour la justice. Ils sont aveuglés par ce qu'ils craignent le plus. Il est normal qu'il pensent que le moteur de recherche est en position de monopole puisque dans leur propre tête, c'est déjà le cas. Ils ne conçoivent le web que par le référencement, et les pages de résultats comme un véritable domaine public. Ils pensent qu'ils y ont droit.

J'ai envie d'aller plus loin dans mon raisonnement : quand bien même Google passerait aux enchères tous les résultats de ses pages et que tout ne serait que marchand, ils font bien ce qu'ils veulent. C'est une société de droit privé, pas un service public ou une fondation caritative. Mais revenons sur la pertinence.

Durant de longues années les résultats étaient pas vraiment pertinents sur les outils de recherche. Plus les webmasters ont joués avec les failles du système, plus les pages de résultats étaient pourries par la pub. Quelque part c'est encore le cas aujourd'hui, mais la pub a changé de veste. On a maintenant des blogs sur tous les sujets possibles qui sont très pertinents, bien rodés, et même intelligents, et dont la seule raison d'être est la monétisation via Adsense. Bref le commerce est bien là mais il pue moins le viagra.

Alors les gens qui se plaignent du manque de transparence de Google, ils veulent une transparence sur quoi ? Aucune des entités et des services de Google n'est un dû. Bien que le tout gratuit pousse certains à penser qu'ils peuvent tout exiger, il n'y a guère que le principe de l'égalité des chances qui joue. Biensûr tout le monde n'a pas le même budget à consacrer à la réussite de son site. Et d'un autre coté, une idée n'a pas de prix. Je veux dire : une bonne idée, ça peut être gratuit. Il y a des pauvres intelligents, et des riches bien cons. Et le contraire de l'inverse aussi, d'ailleurs.

Moi qui vient de la presse (quand j'étais jeune) je vais faire une comparaison, une métaphore même, afin de terminer ce billet qui n'en fini pas de ne pas en finir … Imaginez simplement que Google est un journal. Un magazine, si vous préférez. Chacun des articles est quelque chose qui a attiré l'attention des journalistes. Chacune des publicités a été payée par un annonceur. Il y a donc une part d'informations "naturelles" et une part "sponsorisée". Pour attirer l'attention d'un journaliste avec un dîner dansant organisé pour la fête des fleurs de votre cousine Sidonie, il faut avoir de l'espoir … faire croire à la presse qu'on est une star, pas facile non plus. Raconter des conneries, pas évident. Bon, nous y voilà, vous avez compris le principe. Google est toute simplement le journal le plus lu au monde :)
Pssst : soyez social :
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

Sauvons Google Wave
#savegooglewave c'est un tag qui se balade sur Twitter et surtout un grand mouvement de sympathie pour le service Google Wave ... Car tout porte à croire que le service en ligne sera fermé à la fin de l'année. Pas mal d'internautes...

Référencement : mixer ou densifier ?
Une petite interrogation voire un débat pour la communauté SEO ? Vendredi dernier, j'ai effectué quelques modifications substantielles sur un annuaire de sites web : princ...

Offrir à Matt Cutts de jolis T-Shirts
Les référenceurs le craignent ... mais ses T-shirts aussi, ils craignent ! :) C'est pourquoi il y a maintenant un groupe sur Facebook pour venir en aide au plus connu des employés de...

Ajoutez votre avis !

6 avis passionnants

Léo, Propuls 

Je ne suis pas trop d'accord avec ton raisonnement meme si tu ne me vois plus pleurer sur les forums... je le faisais il y a 8 ans mais ça m'est passé :).

Ton analogie, Google = journal / magazine, n'est pas vraiment adéquate car la partie "naturelle" n'est pas écrite par Google, mais par les webmasters. C'est un journal qui doit 90% de son contenu au "courrier des lecteurs" et donc il est normal que ces lecteurs attendent un peu plus de la part de leur magazine.

Il ne faut pas se leurrer, le succès de Google est avant tout du aux millions de pages de contenu que les webmasters mettent à sa disposition. Si elles venaient toutes à disparaitre d'un coup de son index, Google ne survivrait pas bien longtemps, la plupart des webmasters si.

Keeg 

Merci pour le lien et le commentaire qui va avec ;)

Bonne chance pour ton rhume. J'ai bien aimé ta comparaison avec un magazine, même si, c'est plus compliqué que ça (bien entendu).

Alexandre 

Bonsoir,
je ne suis pas trop d'accord non plus.

Un moteur de recherche n'est pas un journal. Sinon cela voudrait dire que Google est responsable des liens qu'ils affichent de la même manière qu'un journal est responsable de ce qu'il publie.
Au contraire, ils sont censés faire appel à un algorithme qui doit être le plus neutre possible afin d'afficher les résultats. Entre autre, le "page rank" ne devrait pas changer lorsque un site fait de la pub car sinon cela signifie qu'ils choisissent les liens et dons qu'ils ont une responsabilité dans pages présentées

Que Google mette en avant certains liens pas de soucis (comme de la pub), mais ils n'ont pas à mettre en avant certains site par intérêt commercial.

Si on veut comparer Google à un autre modèle, il faudrait prendre les Pages Jaunes par exemple : il y a de la pub, mais tout doit y apparaître.

Simon 

Ce que j'ai voulu dire, c'est que même si les bots apportent toutes les pages et qu'elles peuvent en effet toutes êtres classées, le classement lui se fait selon un algorithme qui est la part de critères : qui est ce site ? est-ce un site de confiance ? est il cité ? a-t-il un passé dans l'index ? le sujet dont la page parle est il redondant avec l'actualité des indexations du moment ? le sujet est-t-il rare ? Etc ...

Pink Hat 

Google est loin d'être un ange, mais il nous offre de très bons services... Les webmasters qui portent plaintes contre lui sont des idiots, mais ce n'est pas pour ça que cela rend Google légitime sur l'indexation de tout les contenus, de la numérisation des livres...

Florence Google est le premier moteur de recherche que j'ai utilisé depuis que je suis sur Internet et depuis je n'ai jamais essayé d'aller voir ailleurs. Je pense que la fidélisation de ce service tiens beaucoup à ce que des tas de gens le mettet en page d'accueil et c'esy le cas aussi dans les cybercafés les facs etc donc on a surtout pris l'habitude de commencer son surf avec lui !!

Autres trucs à lire :

– #Miam & #Chic ChocoPaint
– Hugh ! Tipi
– #Test e-Polette E-polette filtre la lumière bleue de nos écrans !
– Le blog Maman Enjoy par Karine

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53