Per.sonn.es, réseau social fictif

Photo : Per.sonn.es, réseau social fictif

A l'heure où des tas de gens se posent la question de savoir ce qu'ils font sur Twitter et à quoi ça sert, les réseaux sociaux ont plus que le vent en poupe, ils rameutent la tempête. Le temps des réflexions s'impose donc. Ou celui de la dérision !

Moquerie gentille

Une vaste plaisanterie, voilà à quoi peut faire penser le portail Per.sonn.es qui se présente comme un réseau social fictif. Le principe en est simple et la technique habile. C'est en fait un agrégateur. Ainsi l'application développée pour générer les pages du site additionne plusieurs contenus ensemble et y ajoute une bonne dose d'aléatoire. Ingrédients : une base de données de prénoms et noms, des noms de lieux, des images Flickr sous licence libre (choisies dans les tags portraits homme/femme) et tout un tas de textes dont certaines citations issues de l'illustre VDM !

Le goût du social

Tous les membres de ce réseau sont donc fictifs, créés à la volée lors de la visite d'une page. Aucune identité numérique réelle, avec quand même une durée de vie pour chaque page créée, mais aucun lien réel avec quoi que ce soit de réel, de franchement relié à la vie "IRL" (In real life, dans la vie réelle). C'est tout le coté palpitant de ce site, de là aussi que viennent les questions et les petits foutages de gueule entre amis. Ici tout est bidon, et pourtant certaines pages de membres font indéniablement penser, dans leur incohérence pourtant aléatoire née des random() de MySQL ... à de vraies pages de profils déjà vues ailleurs. Qui n'est jamais tombé sur un MySpace où il faut un bon cinq minutes pour comprendre qui est le propriétaire, ce qu'il fait, où est la logique de cet empilement d'informations en vrac étalée à longueur d'écran ? Moi cela m'arrive, et c'est parfois le cas sur Facebook où les applications tierces font vite un "mur" se transformer en "sapin".

Identité numérique et individus ... physiques

Les identités numériques de chacun sont presque générées à leur insu par des internautes trop lambda qui ont une confiance aveugle dans le web en tant que service. Il n'est pas rare de voir débarquer un internaute mal averti scandalisé par l'étalage de ses photos de vacances via Facebook ... ou d'autres réclamer à corps (sic) et à cris leur intimité tout en continuant à s'exhiber sur des dizaines de sites ... Bref, le sujet n'est pas léger pour qui veut bien y mettre le poids. C'est cette illusion d'identité que tente de reproduire Per.sonn.es en injectant des bouts de vie réelle, tous plausibles mais complètement désarticulés. Et c'est de ce chaos technique que naît pourtant une apparence de réalité possible ! Per.sonn.es a donc sérieusement le goût du réseau social, il en a les codes d'interface, de fausse simplicité toujours au bord de la surcharge ... de données ? Ici c'est garanti, per.sonn.es ne contient strictement aucune donnée personnelle. Les auteurs en parlent bien mieux que moi et avouent sans torture s'inspire des Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau. Bref, une idée jouissive et fraîche, sans la moindre monétisation en vue, juste pour le plaisir de mettre un peu de bronx sur la toile faussement dévergondée. Vous l'aurez compris : j'adhère et j'adore !

Semons le trouble

Alors me direz-vous, comment faire de un vrai réseau social qui tisserait sa toile tentaculaire de zombies numériques prêts à tromper la malcomprenance de tata Genevieve Laurent ? En donnant de la force aux pages web qui sont générées par le site, tiens donc !
Pour faire « vivre » un membre, il suffit de faire un lien vers sa page, dont l’adresse est indiquée systématiquement en bas de l’écran.
Nous l'avons fait sur cet article avec cette chère Geneveive, et en plus l'url est vraiment très sympa elle aussi : per.sonn.es : elle reste un indice important pour qui tomberait sur une page du réseau. Un nom pareil peut susciter un brin de doutes ... encore que l'internaute n'est pas vraiment un être farouche la plupart du temps. Voilà pour ce bref aperçu de la belle initiative qu'est Per.sonn.es. Elle pose bien plus de problématiques encore que celles que j'ai évoquées, mais je ne suis pas en mesure d'en dire vraiment plus, car les articles de notre blog aussi sont générés aléatoirement. Vous voilà prévenus !
Partageur ? C'est votre tour !
Pinterest

Et aussi ...

Buddypress transforme Wordpress en réseau social
Buddypress est un script basé sur WordPress qui le transforme comme par magie et après installation en un site du genre réseau social. C'est à dire un Facebook-like !

Pac-Man : croquis originaux
Le jeu culte des geeks qui ont connu les années 80, c'est Pac-Man ... Son créateur vient de dévoiler les tous premiers croquis du jeu vidéo !

09h09
Bon : c'est un scoop de 10 ans d'âge ...

Ajoutez votre avis !

3 avis lumineux

Fil 

Contrairement à ce que tu écris ici le site n'exploite ni RANDOM ni SQL. Il n'y a pas d'aléatoire dans la fonction qui génère les "fiches" : c'est pour cela qu'une page reste stable dans le temps. Il n'y a pas de cache, pas de durée de vie, et pas de base de données. Juste des fonctions arbitraires qui mélangent les bits, façon crc32, de façon certes arbitraire mais jamais aléatoire.

Simon 

Merci pour le rectificatif ! Tu es le Fil de Spip ?

Fil 

Oui c'est possiblement la même personne :-)

Le site toutefois n'est pas fait avec SPIP ; c'est important de le noter car vraiment il n'y a pas de base de données (je l'ai déjà dit ?)

Et merci pour les commentaires !

NEWSLETTER ! RECEVEZ LES DERNIERES PERLES PAR EMAIL

©2008-2016 Tribords.com le weblog de Simon Tripnaux rédacteur web à Nice soutient #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53