Muriel Vandermeulen, le verbe d'abord !

TheyAreTheWords

Ses clients la tienne pour responsable de tous les mots. Elle jongle avec eux, parsemant des idées et du sens ... interview en compagnie d'une obsédée textuelle.

La camarade Muriel Vandermeulen croise mes chemins numériques depuis quelques années déjà. Il était donc grand temps qu'elle passe sur le grill, pour un petit entretien autour du thème de la rédaction de contenus pour le Web.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Muriel, car il y en a encore, sachez qu'elle dirige d'une plume de pixels l'agence We Are The Words qui a le bon goût d'être implantée à Bruxelles, pour la classe internationale, et aussi à Paris, car il paraît que c'est une grande ville.

Quelle est la première qualité indispensable pour un texte ?

De quel texte parle-t-on ? Tout dépend de son utilité, de sa destination, de sa cible.

Sous ma casquette de directrice d'agence de content marketing, je dirais qu'un texte doit être lisible, visible, accessible.

Il doit répondre aux 3 fonctions que Vitruve attribuait à une oeuvre architecturale : utilité, attrait, pérennité. Il doit répondre à un objectif, susciter une action, rassurer et inciter ... En fait, c'est très compliqué cette question, car elle est trop vague en l'état.

Globalement, tu dirais que le web francophone est plutôt bien écrit ?

Non. C'est affreux. J'ai même parfois l'impression que les choses s'empirent.

Parce qu'à mesure que les boutiques e-commerce se font jour, et que toutes les entreprises ont pris le pli d'un degré zéro de communication Web, les volumes de pages, de contenu augmentent à gogo.

Avec la digitalisation de la communication, avec la médiatisation des marques, on assiste à une montée de l'écrit dans l'exercice de nombreuses fonctions, tous secteurs d'activité confondus.

Entrepreneurs et travailleurs de tout bord sont contraints de pratiquer l'écrit dans leur activité quotidienne, et de contribuer au site internet - qui pour écrire des pages produit, des articles de blog, ... Qu'ils soient ingénieurs agronomes, juristes, assistants sociaux, concepteurs de produits, laborantin, ... tout collaborateur est amené à produire du contenu Web sans (prétendre) en avoir les compétences !

Une étude assez récente (j'ai oublié la source, malheureusement) évoque que près de 40 % des salariés ressentent le manque de formation à l'écrit au travail, et que cela constitue une gêne dans l'exercice de leur activité ...

Est-ce que la vidéo n'est pas en train de grapiller des parts de gâteau à l'écrit ?

Je ne pense pas : YouTube et les blogs co-existent depuis des années, désormais. Et il suffit de lire quelques études de Forrester pour voir que la qualité de Youtube (en contenus générés par les utilisateurs, à tout le moins) est aussi médiocre, parfois, que celle des contenus textuels.

La vidéo, c'est encore plus difficile que le texte. C'est plus laborieux, plus cher également.

En revanche, il y a une vraie complémentarité. Il suffit de lire une recette de cuisine sur Marmiton et de consulter son déroulé en vidéo pour voir l'expérience que les deux, ensemble, procurent.

Il y a une vraie opportunité à associer plusieurs médias ensemble. N'avait-on pas prédit que le cinéma tuerait le roman ?

Selon toi, est-ce que la blogosphère a encore un avenir ?

Oui, certainement. Sans doute parce que sa définition a évolué dans le temps. On est loin des blogs d'adolescentes hébergés sur skyblog.

Les entreprises se sont emparées des blogs, les grands médias ont ouvert des espaces blogs à leurs journalistes, correspondants et lecteurs, les blogs se sont mués en médias communautaires, en vlogs et autres magalogs, ...

Interview

Tant qu'il y aura des hommes et de la com, il y aura des espaces où les gens voudront s'exprimer, se réaliser, échanger, partager, apprendre, dénoncer ... Et créer des communautés.

Est-ce que les réseaux sociaux laissent assez de possibilités à une écriture créative ?

Assurément ! C'est d'ailleurs affligeant de voir comme les marques, parfois, négligent ce potentiel de créativité sur les médias sociaux, qui permettent vraiment d'exploiter la dimension hypermédia d'Internet - voix, image (fixe, animée) et surtout la varité des formats et des tonalités.

Tous les dispositifs éditoriaux sont à l'avenant : feuilletons, dialogues, quizzes et sondages, repères et chiffres, citations, jeux, etc. Je pense qu'il y a encore beaucoup de "normalisation" dans l'éditorial digital.

Mais les choses bougent.

De manière étrange aussi, il semble difficile de distinguer le support et le média quand il s'agit des médias sociaux. Encore plus que dans les médias traditionnels.

Je me rappelle mon fils qui, à 3 ans, disait préférer le "dvd de la jungle" au "livre de la jungle" ...

Il y a des marques qui préfèrent LinkedIn à Facebook, et détestent Twitter. Comme si le dispositif déterminait l'intérêt, avant la communauté qu'il y a moyen d'y rassembler et animer.

Est-ce qu'un compromis entre un contenu utile et optimisé SEO à la fois est toujours possible ?

Non seulement c'est possible, mais en tout cas, en marketing de contenu, c'est indispensable ! 50% de l'activité de l'internaute et du mobinaute c'est de la recherche d'information.

Il est donc indispensable d'intégrer cette activité, et les comportements qu'elle sous-tend, dans sa stratégie éditoriale.

Il n'y a pas un programme de contenu que nous concevons pour nos clients qui ne soit pas étayé par une analyse SEO préalable, ne fut-ce que pour comprendre les requêtes des internautes dans le domaine, sonder les concurrents et identifier des sujets pertinents.

Enfin, l'art d'associer éditorial et SEO, c'est précisément la qualité d'un bon rédacteur SEO compétent aujourd'hui. Me semble-t-il en tout cas, au vu des exigences de nos clients, toujours plus en quête de performance, d'originalité et de visibilité.

En d'autres termes : il vaut mieux convaincre qu'attirer ?

Mmmh je ne pense pas qu'il vaille mieux convaincre.

Et que sans attirer à soi un visiteur en recherche d'une information, on puisse le convaincre de quoi que ce soit.

Je ne pense pas non plus que sans "contenu service" - utile, pertinent, orienté besoin utilisateur -, on puisse convaincre.

Au fond, c'est une question de bon sens : il vaut mieux faire savoir les choses et faire faire les choses que faire croire. Et à vouloir convaincre tout de suite, on risque de faire fuir le quidam qui, à quelques clics de chez vous, trouvera une information plus étayée, rassurante, complète, et du coup, plus attrayante.

Il faut lire l'excellent article de brandnewsblog sur ce sujet.

Comment la petite reine est entrée dans ta vie ?

J'ai toujours fait du vélo. Enfant, j'habitais à la campagne, dans un quartier résidentiel, loin, loin de tout commerce, de toute animation autre que celles que nous créions avec les autres enfants du quartier.

J'ai très vite eu le besoin de sortir de chez moi, d'enfourcher ma bicyclette pour aller voir au-delà des champs, des virages et des vallons.

Vingt ans plus tard, lorsque j'ai acheté une maison dans la Drôme, j'ai eu mon premier vélo de route, et le vélo s'est imposé comme une nécessité : de faire le vide dans ma tête, de méditer en pédalant, de me détendre et me défouler, ...

Quand j'ai créé ellesfontduvelo.com en 2014, c'était pour rencontrer d'autres femmes passionnées de vélo (urbain, tout chemin, vacances, boulot, ...) pour interpeler, toutes ensemble, les marques et revendeurs : le vélo féminin était laissé pour compte.

Le magazine est devenu une vraie communauté. Aujourd'hui nous avons des partenariats avec Btwin, Assos d'autres marques prestigieuses qui ont compris l'intérêt de prendre en considération la population féminine et ses besoins en matière de deux roues.

Le fait que le deux roues redevienne un moyen de locomotion alternatif de plus en plus prisé, a contribué aussi à l'engouement. Enfin, la mise en ligne et la stratégie du webzine nous ont procuré un excellent laboratoire en termes de content marketing, stratégie d'animation communautaire et seo.

Un rapport entre le texte et le vélo ?

Oh certainement, il y en a des tas. Le fait qu'on puisse partir en écriture et vagabonder comme sur sa bicyclette, le fait que dans une approche marketing, un contenu a un cycle de vie, cette idée de mouvement auquel il faut toujours ajouter sa propre force pour que cela avance, progresse ...

Oui, il y a moyen de faire beaucoup d'analogies. J'ai beaucoup aimé d'ailleurs le numéro des cahiers de la médiologie consacré à la bicyclette.

Quels sont les blogs que tu trouves super bien écrits ?

J'apprécie beaucoup Brandnewsblog, justement. J'ai été une fervente lectrice de Cavazza, tout un temps. Je suis pas mal Storyjungle depuis quelques temps ... Et puis, quand j'ai du temps et du silence, je lis plutôt Pierre Levy ou Daniel Bô ou encore @JeanneBordeau

Offrez du bonheur à vos contacts :
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

clic, clac !

Ivan Franchet : interview
La photo en mode pro : la meilleure amie du web ? Une fois n'est désormais plus coutume, je vous raconte de temps à autres mes projets pro à travers...

Raconter les idées

Denis Gentile
C'est un passant peu ordinaire : mieux, un passeur de mots. Rencontre autour du verbe et des idées avec un auteur aux lettres ciselées ... Je vous propose aujourd'hui de découvrir un personnage qui navigue dans les mêmes eaux que moi. Celles...

TLMEB : 2ième et 4ième
Ayé on est entré dans le classement de Tout le monde en blogue dont je vous ai parlé il y a quelques pixels de cela ... ... dans la catégorie Culture Web en 4ième position et en 2ième dans la catégorie Culture Web France...

Ajoutez votre avis !

Autres trucs à lire :

– Radar à BL ! Linkody veille sur votre linking
– #Job #SMO #Emploi beBee, le réseau social made in Europe !
– Au bonheur des Dames ... Gynandco
– Le blog AblaCarolyn par AblaCarolyn

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53