Multipotentiels et slasheurs, vous n'êtes plus seuls !

Slasheur à #Nice06 ?

Ils sont parmi nous, alignant des talents incompris aux heures frileuses de l'acquis ... Curieux, boulimiques d'expériences, les profils multi-potentiels sortent de l'ombre.

Vous en connaissez peut-être un. Ce camarade au front haut et à la coiffure improbable, la tête garnie de multiples casquettes. Il vous intrigue un brin ? Sa vie professionnelle ressemble à un chaos cosmique en plus inextricable ? C'est probablement un slasheur qui s'ignore, un multipotentiel dans l'errance de son propre état.

Au hasard de quelques clics éméchés, j'ai découvert Kmeo ; la première plateforme d'entraide pour les multipotentiels. Du plus loin qu'il m'en souvienne, il est bien possible que ce soit mon comparse @Boidalon du #SoNiceTweet qui m'a glissé le lien sous le coude.

Curieux comme un oryctérope, je me suis jeté sur mon clavier pour leur soutirer une interview ... à la rencontre de la multipotentialité !

Kmeo Qui êtes vous en quelques grandes lignes ?

Julien, 35 ans, J’ai grandi dans le sud de la France où j’ai obtenu mon Master en informatique. J’ai travaillé dans le développement informatique, le marketing, la communication, le retail et la formation.

En parallèle j’ai été sponsorisé pour participer à des compétitions de jeux vidéos de stratégie, joué dans différents groupes de musique, rejoint une troupe de danse, pratiqué de nombreux sports individuels et collectifs…

Fin 2017 je fonde Kmeo avec Stéphanie et en parallèle j’anime les sessions The Shared Brain, brainstorming pour entrepreneurs, dans le sud est de la France.

Stéphanie, 33 ans. J’ai grandi en Italie où j’ai fait une école Européenne et appris le français, l’italien, l’allemand et l’anglais. Arrivée en France je fais des études de communication et de psychologie, puis je commence à travailler dans divers domaines comme la photographie, le graphisme, le marketing, le retail, la formation, la tatouage, le massage énergétique et l’accompagnement en bien être.

En parallèle j’ai rejoint l’équipe de The Shared Brain Nice, avec Julien.

Quel est le parcours qui vous a mené à Kmeo ?

Julien : Je découvre ma multipotentialité très jeune mais je suis à ce moment là incapable de mettre un nom dessus. Au fur et à mesure des années je croise les doigts pour tomber sur MA vocation.

Lors de mon dernier emploi, je visionne la conférence TED d’Emilie Wapnick et je met 10 minutes à m’en remettre : j’ai enfin un nom à mettre sur ce profil et la preuve que je ne suis pas le seul à me sentir ainsi. Je décide d’accepter ce trait de personnalité et d’organiser ma vie en conséquence.

Stephanie : J’ai eu un parcours professionnel que j’ai toujours considéré comme instable car je m’ennuyais vite et était toujours à la recherche de nouvelle expériences et connaissance..

Lorsque je découvre le profil du multipotentiel je m’y reconnais pleinement mais reste frustrée par le manque de ressources pratiques pouvant m’aider à m’organiser et à transformer ce que je considérais un réel défaut.L’envie de monter une structure d’entraide me trottant dans la tête depuis longtemps, cela s’est fait assez naturellement avec Julien.

Est-ce que selon vous les spécialistes manquent un peu de recul ?

Nous ne pensons pas que cela soit si simple et que l’on puisse catégoriser aussi simplement. Chacun a grandi avec ses croyances et ce que la société lui a enseigné.

Si vous avez toujours eu la vocation de faire un métier en particulier, il vous paraîtra difficile de comprendre que certains n’ont pas eu de vocation ou ne veulent pas faire qu’un seul métier dans leur vie.

De la même manière, il peut paraître aberrant pour des multipotentiels de ne faire qu’un seul métier toute sa vie. La question du recul est vraiment personnelle et l’on ne peut pas généraliser sur un profil en particulier.

Peut-on être multipotentiel sans être freelance ?

Bien évidemment. Ce qui est terrible lorsque que l’on met un nom sur une particularité, une caractéristique, on a tendance à catégoriser les personnes s’y reconnaissant, comme si ça rassurait. Il n’y a aucune obligation de parcours professionnel.

Cependant on se rend compte que le statut de freelance est souvent celui adopté par un les personnes ayant de multiples métiers car il permet une souplesse d’emploi du temps qui séduit beaucoup de multipotentiels.

Mais certains cumulent aussi les emplois à mi-temps sans pour autant être freelance. D’autre font un métier quelques années et changent complètement de domaines, puis répètent cette procédure.

N’oublions pas que l’on a toute les libertés de vivre notre vie comme on l’entend. Par exemple notre première invité pour le podcast, Emilie, travaille à mi-temps dans l’humanitaire, gère en même temps sa société d’apéritifs artistiques, est aussi écrivaine et a d'ailleurs sorti son premier roman en 2017.

Est-ce que la tension dans le monde du travail ne joue pas aussi beaucoup sur le développement des multipotentiels ?

Depuis maintenant plusieurs années, la société nous avait montré qu’il fallait se spécialiser dans un domaine pour réussir. Changer de métier était mal vu. Cela n’était pas le cas avant ou au contraire, avoir une palette de connaissances était nécessaire.

On semble observer actuellement un changement de paradigme dans plusieurs domaines, dont celui du travail. Il y a une demande de cohérence de plus en plus forte, un besoin de réalisation de soi. Cela y participe et permet effectivement une profonde remise en question sur ses envies et besoins et donc une libération de soi.

Les statuts tel que celui d’auto-entrepreneur facilitent aussi les choses. Ce profil semble donc se détacher et s'assumer de plus en plus dans ce milieu professionnel en pleine révolution.

Dans le mot "potentiel" il y a la notion de inexploité ... c'est votre sentiment ?

Dans « multipotentiels », l’idée d’avoir du potentiel dans plusieurs domaines est centrale, certes, mais avoir du potentiel ne signifie pas qu’il faille forcément l’exploiter, s’y dédier et s’y spécialiser.

Il s’agit de comprendre qu’une facette importante et prédominante de ce profil est son amour pour l’apprentissage ainsi que son besoin de renouveau.

La potentialité existe bien mais elle dépend de chaque individu et de son envie de l’exploiter ou pas.

Il s’agit aussi de stopper la pensée blessante “du potentiel gaspillé” qui peut fortement culpabiliser le besoin de renouveau du multipotentiel.

Selon vous, est-ce qu'il y a toujours un lien, une complémentarité, entre les différents centre d'intérêt d'un profil multipotentiel ?

Pas forcément. En tout cas pas forcément un lien flagrant. Prenons l’exemple de Yann que nous avons reçu pour le podcast.

Il a entre autre été chef sushi, puis maintenant il est revenu dans l’informatique. Y a-t-il une complémentarité à première vue? Pas vraiment.

Pourtant en discutant avec lui on comprend que cette première expérience lui a enseigné la rigueur et la précision qu’il utilise dans son organisation pour se développer. De la même manière, il nous expliquait qu’il utilisait les méthodes apprises en informatique pour planifier les travaux dans sa salle de bain !

Une des forces de ce profil est celui de réussir à transposer ses acquis et compétence d’un métier à l’autre, avec le recul il nous semble assez logique de trouver des liens entre les métiers comme l’exemple très parlant de Yann.

Il existe des études sociologiques ou démographiques sur le phénomène des profils multipotentiels ?

Il y a peu d’études qui en parlent. Malgré tout, Selon une étude de 2016 la pluriactivité concernerait 16 % des actifs en France et 22 % des jeunes actifs additionnent au moins deux jobs.

Cela nous donne une bonne idée de l’ampleur de ce phénomène. Après encore une fois, notre but n’est pas de cataloguer les personnes entre spécialistes et multipotentiels. Je pense que le sujet est bien plus compliqué que ça.

Le phénomène étant assez récent, la psychologie commence à s’y intéresser de plus en plus mais il y a peu d’études pour le moment.

Les profils atypiques sont à la mode en ce moment ?

On parle en effet plus des profils atypiques qu’autrefois. Mais de là à parler de mode, il y a un monde ! Disons que le sujet intéresse beaucoup de personnes en ce moment car nous partions avant du principe qu’il n’y avait qu’une seule normalité à suivre, celle de se spécialiser dans un seul domaine, que certaines personnes étaient condamnées à vivre recluses.

Or, nous nous apercevons que c’est tout l’inverse, qu’il n’y a pas réellement de normalité et qu’il y a de la place pour tout le monde dans notre société. Chaque profil a ses forces et ses faiblesses et on se rend compte qu’il faut éviter de les enfermer dans un cadre car cela ne leur permet pas d’exprimer leur plein potentiel.

Est-ce que dans une économie austère, le profil multipotentiel n'est pas utilisé comme le célèbre mouton à cinq pattes ?

Effectivement, c’est un profil qui peut apporter beaucoup dans une entreprise du fait de son adaptabilité et de sa faculté à sortir des solutions à la croisée de ses domaines de compétences et d’apprendre rapidement.

Mais une bonne équipe est d’après nous composée de personnes aux profils divers et variés. C’est de cette union que peuvent naître l’innovation, les synergies et l’efficacité. Bien évidemment pour cela il faut que chaque profil apprenne à se connaître mutuellement et à respecter leurs différences.

Pensez-vous que l'école actuelle fonctionne dans le bon sens ?

Le parcours scolaire tel qu’il fonctionne aujourd'hui a été conçu il y a de nombreuses années. Bien sûr, il a essayé de changer mais la société elle, a évolué bien plus rapidement. Le fait d’obliger un élève à se spécialiser dès la première est d’après nous une erreur. Mais bien avant ça, il faut laisser la chance aux enfants qui n’ont pas de vocation, de pouvoir découvrir et apprendre car nous pensons qu'il y a bien trop de choses à découvrir pour se fermer à un si jeune âge.

Il est bien sûr plus facile de le dire que de le faire car il y a autant de profils différents que d’élèves, mais le fait que nous écartons bien trop vite certains d’entre eux car ils ne rentrent pas dans le cadre imposé est une vérité.

Nous pensons qu’il faut repenser tout ça et s’adapter à l’élève et arrêter de demander aux enfants de s’adapter à la pédagogie.

Julien : J’ai aussi particulièrement aimé lorsque je vivais au Canada que tout est fait pour changer de métier et se former à un autre lorsque nous nous sentons plus à notre place, et notamment avec des cours adaptés aux horaires des salariés.

A plusieurs reprises, j’ai même pu lire dans le journal “Si vous n’aimez plus votre métier, changez !”. Le changement est vu alors comme une opportunité et non pas comme un échec.

Stéphanie : Il y a la théorie d’Howard Gardner, que j’affectionne particulièrement et qui parle de 8 types d’intelligence. Or l’école actuelle met l’accent sur 2 : scientifique et littéraire, ce qui fait que les autres ne sont ni développées ni exploitées, ce que je trouve fort regrettable.

A part Kmeo, quelles sont les saines lectures que vous nous recommanderiez sur le sujet ?

Nous avons trois livres qui nous ont beaucoup apporté sur le sujet : Refuse to Choose de Barbara Sher / How to be everything d'Emilie Wapnick / Profession Slasheur de Marielle Barbe.

Partageur ? C'est votre tour !
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

#MakeTasksHappen

Amazing Marvin, le coach ultime ?
Demain, c'est le moment où tout est à faire. Car de nos jours, il y a des palanquées de trucs qu'on remet à demain ... Marvin peut vous aider à gérer ça ! Par le hasard fou d'un clic improbable, j'ai découvert il y a une semaine Amazing Marvin, une application...

#job #emploi #concept

Explorajob
L'emploi en 2015, c'est bien ce qu'on peut souhaiter à plein de gens ... nouvelle piste en vue ? Voici venu un tout nouveau site dans le secteur déjà fort encombré de le recherche d'emplois : Explorajo...

Naviguer avec les pieds
La Flip Flop Mouse est une souris adapté à la navigation sur le web ... avec les pieds ! Hop, une photo pour bien comprendre ... Ce n'est qu'un concept pour le moment, Flip Flop Mouse est...

Ajoutez votre avis !

Autres trucs à lire :

– #suivi #projet #startup Aksebo : les avancées
– #AMP + #PHP = #SEO Accelerated Mobile Pages sur le blog
– L'eau version nature Fontaine à planter by Laorus
– Le blog Artemisia ou la Vagabonde par Patricia

NEWSLETTER FOR EVER !

©2006-2018 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux Content Manager, créateur du hashtag #JeudiPhoto et soutien de #CotedAzurFrance

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53