Le minimalisme selon Grégory Laurent

Photo : Le minimalisme selon Grégory Laurent

Lever le pied. Prendre l'air. Prendre les voiles et réduire la voilure ! Un bien joli programme au coeur d'une réflexion au cœur du courant minimaliste, une philosophie de vie douce comme un slow !

On en est presque tous là : entasser des biens, de babioles, des trucs et même des bidules. Amasser ainsi du matériel porte même le doux nom de syllogomanie : une maladie contemporaine, où la peur de manquer va au devant de nos angoisses.

Découvrir un site comme LeMinimaliste ça change un peu les idées. Baseline qui claque dans le vent glacé : l'art de simplifier !

Ne me demandez pas comment je suis tombé là dessus, je ne m'en rappelle plus. L'ami Twitter et ses méandres numériques, probablement.

C'est en tous les cas une belle évasion vers d'autres possibles. Une autre manière d'appréhender la vie ici et maintenant.

Si vous en avez marre que la quantité soit toujours en embuscade prête à dézinguer la qualité, ce blog là est fait pour vous !

Et pour en savoir davantage sur le mouvement minimaliste et ses envies de folle liberté, je suis parti poser quelques questions au camarade blogueur Grégory ... Oui, je voyage par email, également. Pas vous ?

Bon, on laisse passer ce gentil gastéropode puis on démarre l'interview, ok ?

Minimalisme : une philosophie de vie Qui êtes-vous en quelques mots ? C'est quoi votre parcours ?

Je m’appelle Grégory Laurent. J’ai 30 ans. Je suis né à Mons en Belgique. Ma mère est d’origine grecque et mon père est belge. D’où ma préférence pour la cuisine méditerranéenne.

J’habite à Bruxelles depuis un an. Un endroit bourré d’énergie et qui me fascine toujours. J’ai étudié la publicité. Et maintenant, ça fait bientôt dix ans que je travaille en tant que conseiller dans le secteur bancaire.

Dans ma vie, je déteste perdre mon temps et l’incertitude. J’adore le contact avec les autres, le second degré, l’auto-dérision, la créativité, l’efficacité et le challenge. Ma plus grande passion aujourd’hui est d’aider les gens à simplifier par le minimalisme et le zéro déchet.

Comment on devient minimaliste ?

Pour ma part, c’est arrivé par accident. J’ai découvert le mode de vie « zéro déchet » par le blog TrashIsForTossers de Lauren Singer et j’ai lu le livre de Béa Johnson « Zéro déchet ».

C’était un véritable défi et très amusant.

Encore aujourd’hui, je me marre quand je vais chercher des pralines avec mon bocal en verre. La vendeuse trouve cela original et elle me félicite chaque fois.

C'est quoi le concept du ZeroWaste ?

Très simple : diminuer sa production de déchets. Déchets recyclables compris. Je n’ai plus de poubelles chez moi.

Uniquement un pot à compost pour les épluchures de fruits et légumes. C’est tout.

Comment faire : acheter en vrac, composter et simplifier.

Selon vous, pourquoi simplifier change la vie ?

C’est comme si tu me demandais : pourquoi arrêter de fumer change la vie ? C’est exactement pareil.

Aujourd’hui, tu es entouré de complications, de surinformations, de surconsommations et de surconnexions. Cela fait presque un an que je sors de chez moi sans téléphone.

J’ai un seul stylo-plume pour écrire. J’ai 36 contacts dans mon répertoire téléphonique. Je ne suis sur aucun réseaux sociaux. J’ai trois mails dans ma messagerie.

Je n’ai pas de cartes de fidélité, de télévision, de voiture, de presse purée ni de montre.

Par contre, j’ai plus de plaisir, de qualité, de liberté, de temps, de confiance en moi, de simplicité et de meilleurs moments avec moi-même et mes proches.

Elles sont trop compliquées, les interfaces des sites web ?

Avant c’était pire, maintenant ça commence à s’améliorer.Pour moi, un site web doit être simple, intuitif, facile à comprendre et avec le moins de boutons et d’informations polluantes.

On a parfois l’impression de se retrouver dans un supermarché avec trente six mille rayons.

Mais les nouvelles technologies de sites web permettent une expérience plus agréable. Même si je ne suis pas fan de smartphones, ils ont permis aux développeurs de se recentrer sur l’essentiel. Ceci est dû à la taille plus réduite de l’écran.

Vous êtes aussi en lutte contre l'obsolescence programmée ?

Plus maintenant. Grâce au minimalisme. Tu possèdes moins d’objets et de la meilleure qualité possible. D’office, tu tiens plus longtemps ou tu peux les réparer facilement.

Les vêtements par exemple. Au lieu de t’acheter cinq chemises à vingt euros qui se déchirent après deux semaines, tu peux prendre une belle chemise à cent euros, increvable avec un vrai tissu élégant.

Mis à part le frigo et le four inclus dans mon appartement, je n’ai pas d’appareils électroménagers. Mixeur électrique, machine à café, bouilloire électrique, couteau électrique, poivrier électrique, horloges et machine à raclettes.

Tous ces objets ont disparu de ma vie soit. Je les utilisais trop rarement. Ils prenaient de la place et risquaient d’être en panne à un moment donné.

Et la procrastination, mal du siècle digital ?

Aussi mais pas que. Oui avec le digital, tout devient de plus en plus vite. Tu peux acheter un livre sur Internet et l’avoir le lendemain dans ta boîte aux lettres. On s’habitue à la rapidité et finalement on trouve normal d’avoir tout tout de suite.

Donc forcément, on s’ennuie plus rapidement. Je crois aussi que les gens ont besoin de passion dans leur vie. Ils perdent leurs repères, mélangent ce qu’ils aiment le plus avec ce qu’ils aiment moyennement.

Les réseaux sociaux sont un bel exemple, tu y retrouves tes meilleurs amis avec des gens avec qui tu n’as quasi pas d'affinités. Tout le monde est mis dans le même panier. Difficile de s’y retrouver.

C’est pareil avec le reste. On ne se remet pas assez en question.

Chaque année, on conseille de faire une visite chez le dentiste. Chaque année, on passe un entretien pour sa voiture. Pourquoi on ne fait pas un entretien chaque année de son mental, de ses objectifs, de ce qui nous rend réellement heureux ?

Pourquoi il faut bien comprendre la la loi de Parkinson ?

Parkinson a découvert que « tout travaille tend à se dilater pour remplir tout le temps disponible ». C’est comme la loi des gaz.

Imagine, on te donne un travail qu’on peut faire en une semaine. Si on te donne un mois pour faire ce même travail, tu prendras un mois pour le faire. Pas une semaine.

Le principe est le même chez soi. Plus tu as d’espaces, de meubles, de garde-robes et plus tu seras tenté de les remplir.

L’astuce est de réduire le contenant, avoir moins de meubles, ne pas passer de temps sur des détails, avoir le moins de personnes possible pour gérer un projet.

C’est pareil avec sa vie numérique. Plus tu as d’espaces sur ta messagerie, plus tu stockeras de mails.

Les réseaux sociaux ont tendance à simplifier l'information avec des titres synthétiques et des visuels impactants ; c'est une bonne tendance minimaliste ?

Je suis partisan du « Less is more ». Dans une communication, les gens retiennent à peine 10% des mots qu’on utilise. Pareil pour la lecture. Donc moins on lit et plus on retiendra.

Pareil pour l’image. Le mindmapping est un outil formidable pour communiquer un message ou trouver des idées.

Après, je trouve que ce qu’il faut simplifier sur les réseaux sociaux n’est pas la manière de transmettre l’information par des titres plus courts.

Ce qu’il faut simplifier d’abord est l’information elle-même.

90% des informations n’apportent pas de valeurs ajoutées et représentent du pur divertissement. On peut même y refaire un lien avec la procrastination.

Il se passe quoi chaque premier mardi du mois au café The Sister à Bruxelles ?

J’organise un atelier débat autour du minimalisme et du zéro déchet. Nous sommes un groupe de maximum seize personnes.

On fait connaissance avec d’autres personnes qui pensent autrement. On échange ses astuces. On passe un bon moment dans un cadre agréable.

Le café ne vend que de la nourriture et des boissons bio. Emma et Romain, les responsables, sont formidables. Ils ont même appliqué les conseils des ateliers.

Ils vendent du thé en vrac et servent avec des serviettes en tissu à la place des serviettes jetables. Et c’est tellement plus agréable. Voilà ce qui s’y passe : découvrir un style de vie merveilleux.

Quel serait le premier conseil à donner à quelqu'un qui voudrait commencer une nouvelle vie minimaliste ?

Commencer par un geste très simple et qui vous fait plaisir au quotidien.

Utiliser une serviette en tissu. Ecrire avec un beau stylo-plume. Prendre son répertoire et se demander qui nous rend réellement heureux.

Un petit geste en emmènera un autre. Un ami m’a dit un jour « Tu mérites le meilleur ».

Quand on comprend cela, on peut commencer.

Maintenant, à vous de jouer :
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

Packagings minimalistes
Ou la simplicité au secours des grandes marques ! Je suis sûr que ça vous est déjà arrivé : un intérieur tout clean, déco et design tout bien comme il...

vélo, rétro, écolo

Vélos rétro : Boulon de Culture
Rencontre avec une association qui a plein de petits vélos dans la tête ... Découverte au fil d'un surf échevelé, une petite asso fan des transports doux qui sublime les beaux...

Vie d'une banane
Les bananes c'est bon pour la croissance, et la croissance d'une banane, c'est comment ? voici en quatre images le cycle de la vie d'une banane, de la naissance à l'âge d'or :) Une réalisati...

Ajoutez votre avis !

1 avis pour le moment

Voyance gratuite amour 

C'est interessant de trouver comme ce genre de postes.

Autres trucs à lire :

– L'amour à l'âme Une folie
– Journalisme paresseux Ces Titres Qui ...
– #Miam & #WTF Barbecue de compétition
– Le blog Girls n Nantes par Eva

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53