#LoiTravail : repenser l'emploi ?

Travailler + pour ?

En ce moment, la France remet en question avec rage les acquis sociaux des gens qui bossent ... ou pas ? Tour d'horizon d'un mouvement sociétal qui vient de loin.

Annonce fracassante sur Twitter, le gouvernement balance sans ambages sa communication, jugée catastrophique par la plupart des observateurs. Les twittos ont la réplique facile, et l'opération tourne vite au badbuzz en règle. Mais au delà de la contestation virtuelle, on est bien dans une crise plus profonde, où la fracture sociale entre certains et les autres semble se creuser avec une folle intensité. Destinée à faciliter l'embauche dans les entreprises, une grosse majorité des salariés semblent y voir tout de même une menace pour la pérennité de leur emploi, y compris pour ceux qui bénéficient de conventions collectives favorables. C'est d'ailleurs le sentiment qui domine le fond de l'air social depuis plusieurs années, les études consécutives confirmant l'angoisse de tous les salariés, le CDI n'étant même plus considéré comme un rempart suffisant à la précarité.

Des organismes comme la fondation Abbé Pierre ont d'ailleurs axé certaines de leurs campagnes sur le concept du "travailleur pauvre", une idée peu acceptable dans notre société moderne ultra connectée qui continue à véhiculer des représentations ineptes de notre réalité par le truchement des médias. Ainsi ai-je appris il y a quelques semaines que les français qui s'adonnent aux sports d'hiver, le ski et ses riantes poudreuses, ne représentent que 8% de la population. Cela n'empêche pas les chaînes de télé de nous présenter la météo des neiges comme une parfaite évidence.

A l'heure où l'océan de pauvreté s'étend sans fin sur l'Europe, l'annonce de cette nouvelle loi destinée à rendre (encore) plus flexible le monde du travail est regardée avec circonspection. Pour l'heure, le débat semble s'ouvrir de plus en plus sur les idées au sens large, celles qui sont en grande partie à l'origine de la plupart de nos habitudes quotidiennes. La question de l'uberisation a déjà fait couler pas mal d'encre et de pixels, tandis que le concept du revenu de base fait son petit chemin, surtout sur les réseaux sociaux. Et vous, comment imaginez-vous le monde du travail dans les dix prochaines années ? Plutôt le modèle suédois ou chinois ?

Vous avez aimé ce billet ? Partagez :
Pinterest

Et aussi ...

Twitemploi
Trouver un emploi sur Twitter avec Twitemploi ? Pourquoi pas ?

La magie des écrans
Tactiles, ils sont aussi super subtils !

Poléthique
La politique c'est la chose qui devrait nous servir à chaque moment de notre vie. Dans la réalité, on n'est plus vraiment à ce niveau d'exigence. Alors pourquoi ne pas parler de Poléthique ?

Ajoutez votre avis !

4 avis

Duvrait 

Plus de besoin de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions favorables.Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels allant de 2000 jusqu'à 900,000€ avec un taux d'intérêt nominal de 1,5% quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et la date.Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels : Carlosduvrait@yahoo.fr

P&V trav 

La loi du travail est plutôt compliqué sur certains points. Ce qui est sûr c'est qu'il est nécessaire d'évoluer et d'améliorer les loi en ce qui concerne le travail. Le gros problème, c'est que les avantages s'adressent surtout aux dirigeants des entreprises, alors qu'il faudrait plutôt se tourner vers les salariés tout en donnant une certaine marge de manœuvre aux entreprises.

Personnellement, je pense que le monde du travail de demain se tournera beaucoup vers du collaboratif. Il sera beaucoup plus facile de généré des revenus avec ses compétences sur les marketplaces collaboratives. A long terme, dans un futur très lointain, je pense que la technologie sera tellement évoluée que l'homme n'aura presque pas besoin de travailler pour survivre, il pourra alors développer son esprit et avoir plus de temps pour lui. C'est une vision utopique, je le conçois...

Vapoteur 

Avec une consommation en berne, ce n'est pas l'augmentation des embauches qui est visée mais l'augmentation des marges et la distribution aux actionnaires. On pourrait croire que l'accroissement de la précarité pourrait faire disparaître la consommation et donc que les multi-nationales n'auraient plus de revenu, mais il n'en n'est rien puisque les cotations boursière sont déconnectées de la production réelle des entreprises cotées: tout est basé sur la confiance, on montre un beau graphique et hop la cote remonte. Au final si on avait réellement voulu dopé l'emploi, on aurait diminué les charges sur le travail. Le plus souvent les choses marchent mieux quand l'état ne s'en occupe pas.

Simon 

@Vapoteur : on voit quand même que les cotations de ces entreprises sont un peu basée (en partie) sur l'opinion, l'image des boîtes dans leur communication au sens large. Si l'avenir c'est uniquement des travailleurs pauvres et précaires qui ne peuvent plus s'acheter ce qu'ils produisent (voir le modèle de Ford), on est plutôt mal parti pour avoir une bonne image auprès du grand public. Mis à part la frustration grandissante qui s'ancre de plus en plus chez les démunis face à une publicité uniformisante voire moralisatrice ... à suivre, merci pour la réflexion ! :)

NEWSLETTER ! RECEVEZ LES DERNIERES PERLES PAR EMAIL

©2008-2016 Tribords.com le weblog de Simon Tripnaux rédacteur web à Nice soutient #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53