Liberapay libère les dons !

Photo : Liberapay libère les dons !

La juste rémunération des acteurs du web a souvent été un casse-tête bien connu des amateurs de tempêtes de cerveau ... et Liberapay se présente comme une solution sympa !

Vous qui me lisez jusque dans les abribus de notre vaste planète, vous ne serez pas étonné d'apprendre que j'ai découvert Liberapay au détour d'un tweet improbable.

Il s'en est suffit d'un clic.

Et c'est ainsi, par le truchement d'un destin toujours taquin, que je vous parle aujourd'hui de cette étonnante plateforme de dons récurrents.

Rémunérez ceux que vous aimez

Voilà le principe de Liberapay : rétribuer les acteurs de l'innovation, les personnalités qui vous font vibrer, les sites que vous adorez, les blogueurs qui vous font frémir aux confins de vos nuits sans lune.

Liberapay

Liberapay permet simplement de mettre en place un paiement récurrent pour apporter votre soutien aux causes qui vous tiennent à cœur.

Comme le cumul des pandas, par exemple.

Curieux comme un pangolin malicieux, j'ai voulu en savoir davantage sur ce superbe projet au doux parfum de liberté ...

C'est ainsi que je me suis tourné vers le jeune camarade Charly aka Changaco qui a bien voulu me narrer le cheminement de son aventure ...

Qui êtes-vous et quel est votre parcours, celui qui a mené à créer Liberapay ?

Je suis un informaticien indépendant, mon activité principale est la programmation web, et je l'exerce à 100% en télétravail depuis un petit village normand.

Ces dernières années les logiciels sur lesquels je travaille sont quasiment tous libres, mais cette chance cache une réalité peu reluisante : un revenu qui est souvent très faible par rapport au travail fourni, voire inexistant. C'est ce problème de sous-financement du libre (pas seulement les logiciels mais aussi l'art par exemple) que Liberapay tente de résoudre.

Comment vous est venue cette idée ?

À vrai dire elle ne vient pas de moi. Liberapay est une bifurcation européenne d'une plateforme lancée en 2012 aux États-Unis sous le nom "Gittip".

L'idée de départ était de rémunérer les créateurs de logiciels open source de manière récurrente, individuelle, et anonyme.

Mais depuis 2015 Gittip (renommée "Gratipay") ne fonctionne plus de la même manière. C'est ce changement de cap qui m'a finalement amené à lancer Liberapay, alors que j'avais été le développeur principal de Gittip/Gratipay pendant 1 an.

Cela peut représenter une alternative à la publicité sur les blogs ?

Je l'espère. J'utilise un bloqueur de pub depuis très longtemps sur le web et je ne supporte plus la publicité dans la rue ou à la télévision.

Cependant je suis conscient que remplacer la publicité par un financement direct est très compliqué.

Flattr a essayé et s'est planté, d'ailleurs ils viennent d'être rachetés par l'entreprise qui contrôle le bloqueur de pub controversé Adblock Plus.

Bien sûr nous tentons de faire mieux que Flattr et autres, aussi bien du côté éthique (Liberapay est une association à but non lucratif) que pratique (nous essayons continuellement de construire la meilleure plateforme possible), mais il est quand même beaucoup plus difficile de convaincre une multitude de lecteurs de donner le peu d'argent dont ils disposent que d'obtenir une petite part du budget communication d'une entreprise en échange de l'affichage d'une publicité.

Le financement participatif peut être une alternative viable, certains l'ont déjà démontré en pratique, mais il n'est pas une solution facile, et il ne pourra pas nous débarrasser complètement de la publicité car cela nécessiterait des changements plus profonds dans la société.

Pourquoi c'est mieux qu'un bouton Paypal ?

En quelques mots : stabilité, transparence, coopération, et neutralité.

Liberapay est beaucoup plus qu'un moyen de faire un don, il encourage les dons récurrents afin de fournir un revenu stable aux créateurs, il apporte de la transparence en permettant de voir combien le destinataire reçoit (sauf si celui-ci désactive la divulgation des revenus), et nous réfléchissons à mettre en place un ajustement automatique des montants des dons afin d'équilibrer les contributions des différents donateurs, ce qui rendrait le système encore plus juste et coopératif.

Par ailleurs Liberapay est neutre, c'est à dire qu'en théorie nous acceptons toute utilisation qui n'est pas contraire à la loi, tandis que PayPal se réserve le droit de vous empêcher de transmettre votre argent à qui vous le souhaitez, et se sert régulièrement de ce pouvoir.

Pour illustrer, la politique de PayPal est un peu comme si à chaque fois que vous effectuez une transaction monétaire un policier venait vérifier que le destinataire n'est pas un opposant du gouvernement.

Combien il y a de transactions par semaine sur Liberapay ?

La transparence est un des principes de base de Liberapay. Nous avons une page "Stats" qui affiche plusieurs indicateurs de l'activité sur Liberapay. De plus nous publions nos données hebdomadaires brutes.

Statistiques Liberapay

Certes, ces dernières sont moins facile à lire que des graphiques, mais on y trouve des chiffres qui répondent à peu près à votre question : 245 transferts ont été effectués la semaine dernière (colonne "ntransfers"), pour un total de 253,98€ ("transfer_volume").

Nous partageons aussi régulièrement les chiffres de la semaine sur notre compte Twitter.

Quelle question ai-je oublié de vous poser ?

Comment Liberapay est-elle financée ?

Pouvez-vous y répondre ?

Liberapay ne prend pas de commission sur les transactions comme le font d'autres plateformes, la maintenance et le développement sont financés par les dons à l'équipe Liberapay.

Du moins en théorie, car si vous allez voir la page de l'équipe vous constaterez que jusqu'à maintenant nous n'avons pas réussi à attirer suffisamment de donateurs pour avoir un budget décent.

C'est une des difficultés de la création d'une plateforme à but non lucratif, il n'y a pas de capital pour financer les premières années, donc le soutien de la communauté est essentiel, or il est difficile à obtenir.

Vos amis le méritent : partagez cette page !
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

aider les belles choses ...

We are Lucky
Une histoire où la chance sourit aux envies de vie ... Le camarade designer british Kris Cook a monté un édifiant et enthousiasmant concept : We are Lucky a...

Twitter en 100 personnes : usages et pratiques
Une image pour donner le ton sur l'usage de Twitter à l'heure actuelle. Une image qui fait le tour du web 2.0 en ce moment, et qui ne doit pas être si loin de la réalité du blogging en lui-même ... Pour résumer : 20 % ne mettent jamais leurs status à jour 50 % sont un peu calmes ... pas très...

Inspiration vs recyclage

Blogueurs : tous copieurs ?
Une question qui claque dans le vent glacé, non ? Alors ayons le courage des oiseaux et posons nous la question, voulez-vous ? A vrai dire cela fait quelques...

#Job #SMO #Emploi

beBee, le réseau social made in Europe !
Dans le petit monde feutré des réseaux sociaux, tous les acteurs ne sont pas étasuniens ou chinois ! Découverte de Bebee, un hybride au croisement de LinkedIn et Facebook ! C'est pas tous les jours qu'on voit débouler un nouveau réseau social en France. Ou plutôt, si, mais...

Ajoutez votre avis !

Autres trucs à lire :

– Rétrofuturisme geek ! Twitter 1935
– La petite reine du shopping ! Panier vélo
– Let it Bee Bee Nature
– Le blog AntiSexisme.net par Noémie Renard

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53