La Rencontre 2/3

Photo : La Rencontre 2/3

Nous entreprenons donc de rechercher un autre café où nous abriter, tout du moins c'était là mon idée. On se fait racketter des clopes de ci de là, question d'habitude on m'emmerde pas trop avec mes cigarillos ...

Je marche vite et ne sais trop quoi faire, jusqu'à ce que nous nous engouffrions dans un pub irlandais au plancher craquant comme la barmaid qui toise les consommateurs de son regard de jolie nymphe paumée.

Je suis un peu embêté parce que c'est pas le genre d'endroit où on peut réclamer son rouge sans passer pour un illuminé, alors je me contente d'une guiness. Elle prend la même chose, j'entreprends de lui parler de mon job. J'ai toujours en moi l'intuition secrète que je travaillerais mieux en tandem, surtout avec une belle fille comme elle. Fantasme et concept du beau couple de professionnels. Manière aussi de lutter contre ma peur bleue de l'inconnu et d'un manque de confiance peu compatible avec le métier.

On a bien dis des choses sur le fait que les journalistes étaient des gens qui ont perdu toute vocation et qui ne sauraient rien faire d'autre que ce qu'ils font. Sans compter la réputation de glandeurs, cela dessine en définitive le portrait d'une race de paumés. Pas facile de se rappeler ce genre de choses, qu'on sens parfois confusément comme vraies. Alors pourquoi pas une association de deux paumés ? Je lui parle d'un obscur projet de reportage et elle a l'air faussement emballée. Je me trompe peut-être, mais l'affaire est entendue et on pars le lendemain pour Nîmes. Je n'ai pas le permis mais elle a une voiture et le sésame qui va avec.

La nuit est longue et laiteuse et je ne parviens pas à rejoindre les bras de Morphée. J'attends sûrement trop de cette fille. La radio me berce violemment de sa litanie de massacres en des contrées lointaines, parsemée la nuit d'un jazz sirupeux à souhait. Griffonnage de quelques questions pour l'interview de tout à l'heure, autant optimiser un minimum le massacre. Une collègue m'a appris récemment qu'on disait "itv" pour interview. Je trouve ça désespérément con. Mon paquet de clopes me laisse en rade et ça m'énerve encore un peu plus. Je tente de m'apaiser en mettant un disque de Lisa Ekdal. Blue, is the color of you. Le ciel est plus noir que blue et mon blues plus que noir. Couleur café.

J'allume mon portable et entreprends laborieusement de mettre en scène l'entrevue de tout à l'heure, mais l'écran reste désespérément blanc. Je commence à taper quelques mots. Il arrive qu'on rencontre une personne qu'on côtoie depuis des années. Je veux dire, rencontrer en vrai. Les doigts courent sur le clavier et finissent par accorder des phrases. Ca pourrait bien ressembler au début d'un bouquin mais je n'y vois pas encore de suite possible. Je fini par sombrer sur le canapé tout habillé pendant que Lisa continue à charmer de sa voix les murs de ma chambre.

Petit matin. Aube naissante. Lever du jour. Aurore. Le soleil inonde la pièce encore enfumée. Poltron minet, j'allais l'oublier celui là. Levé tôt pour pouvoir appeler le gars qu'on a pas pu joindre hier en pleine nuit. Il me dis que c'est pas possible pour aujourd'hui. J'aurais du m'y attendre. Pas démonté pour un euro, je ne me décide pas à appeler ma photographe. Envie de la voir quand même. Je file à notre rendez-vous sans trop savoir ce que je lui dirai. Elle est génétiquement en retard, mais c'est une femme. Je lis le canard du jour d'un oeil plus que distrait, m'attardant plus longtemps sur les pubs. Elle arrive à coté de moi, de je ne sais où. Je lui annonce la chose. Elle n'a pas l'air plus étonnée que ça. Je lui propose un café car c'est ma seule envie du moment. Chemin faisant, elle me raconte qu'elle s'en doutait un peu. Je me dis qu'on a déjà fait pas mal de cafés en peu de temps.

Silence. Le bruit des petites cuillères reproduit à l'infini et les aventures des habitués du petit jour comme fond sonore. Face à face. Dans un café on peut difficilement faire autrement. Je lui demande ce qu'elle compte faire. Elle me dis qu'elle a bloqué sa matinée. Le jardin des plantes réouvre ce matin, je l'ai lu dans le journal. Je feins la surprise et lui demande si elle connaît. Elle connaît pas. On y va.

Le projet "La rencontre" date de 1999 Il s'agit d'une initiative commune de Peggy Bosc, Christophe Garcia, Mickaël Nereau et moi-même. Objectif : écrire une nouvelle sur le thème de la rencontre. Voici ma contribution.
Lire le premier épisode par ici
Faites plaisir à vos amis : partagez !
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

Textorizer
Textorizer est un logiciel gratuit comme tout pour réaliser des images avec un texte ... ... ou un texte d'images ou ... bon, regardez : A télécharger ici.

La Rencontre 1/3
Je me suis fait à cette idée il y a quelques mois. Je suis un obsédé sensuel. Et les paramètres de mon obsession sont pour le moins bizarres. J'aime les épaules des femmes. Plus que leurs seins ou leurs jambes, non, les épaules, toutes les épaules. Je ne sais pas très bien si je suis le seul à éprouver ça, et je me garderai bien d'essayer de le savoir. Autre point non négligeable pour parachever le tableau, j'aime les chignons. Les beaux chignons trônant...

Google lance ... 7 anticipations sur les futures annonces
Fiction : les futurs nouveaux services lancés par Google enfin dévoilés ! Avec l'annonce ce jour de la sortie prochaine d'un système d'exploitation par Google, je me suis décidé à faire travailler mon imagination ... Voici donc un article de fiction qui n'a pas de prétentions à prédire l'avenir mais surtout à montrer...

Ajoutez votre avis !

4 avis bien tournés

A Serious ma 

Le rose étant la couleur de l'amour, il est évident que c'est le manque d'amour qui détruit les relations humaines .
Cela commence par "petit chou", "mon ange", "mon coeur" , cela finit par :
- "Dégage, ton remplaçant (ou ta remplaçante) attend son tour dans notre lit conjugal! "
Il faut être solide , dans ce cas-là , pour garder le moral...

A Serious ma 

Le sujet précédemment traité sur cette page concernait la citation de Pierre Dac :
- "Si la matière grise était rose, personne n'aurait plus d'idées noires .."
-----------------------------------------------------------------
Celui, ci-dessous, concerne la citation de Tristan Bernard
- " Un journal coupé en morceaux n'intéresse aucune femme, alors qu'une femme coupée en morceaux intéresse tous les journaux. »

Ce sont surtout les femmes qui devraient s'en prendre aux journaux
En effet, aucune femme ne détient le vrai pouvoir, celui des médias, via les conseils d'administration...
La femme qui, autrefois, était la clef de voûte de la famille, sans doute un peu trop sous l'emprise de l'église catholique, n'est plus qu'une pauvre poupée sous l'emprise insidieuse des publicitaires cathodiques finançant aussi la presse écrite
Elle ne sait même plus dire non à ses envies, puisque le grand slogan mercantile est :
- "Ne résistez plus à vos envies "
Cette course à l'envie ne fera pas remonter le PIB, et ne relancera pas la consommation
Le fait de flatter les instincts dans le but de relancer la machine économique provoque l'exact contraire du but recherché
Aucun homme politique de gauche, de droite ou écologique n'y pourra rien
Cette société est en récession à tous les niveaux :
Elle s'est morcelée à suivre ses envies, à pisser sur les sentiments les plus beaux, les promesses les plus nobles, à mépriser ceux qui souffrent, à les jeter à la rue, à trahir, à mentir
Les journaux ne sont que manipulations, jusque dans la politique, mensonges, meurtres, adultères, familles éclatées, délinquance, luxure, pillages, viols, violences, atrocités, guerres.
Toute la presse mondiale sent cette odeur de WC cachée en filigrane, pour qui sait voir…
« La vérité est aux toilettes et elle n’a pas tiré la chasse » Léo Ferre
Rien ne vaut un beau paysage, une promenade en forêt, tant qu’il reste des arbres pour faire des journaux..

A Serious ma 

Sujet : Pierre Dac a dit : Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant. Vous avez envie de donner votre avis sur ce billet ? Allez, faites-vous plaisir
---------
Si l'on réfléchissait avant de penser, avant d’agir, avant de blesser, avant de détruire, avant de casser, bien des larmes de sang ne couleraient pas, les siennes et celles des autres, bien des drames seraient évités….
La réflexion est beaucoup plus profonde que la pensée
La réflexion est un dialogue avec soi-même
Il faut bien peser le pour et le contre avant de prendre une décision
Beaucoup croient prendre une décision de leur propre chef, mais, en fait, ils ont été influencés par d'autres personnes, jalouses ou insatisfaites, des personnes qui, parfois, même avec les meilleures intentions du monde, font des « projections » » sur autrui
Des "ami(e) s, » des collègues, et même de la famille
Tous ces fils qui entortillent le libre-arbitre et qui vous font regretter un choix qui, finalement, n'était pas vraiment le vôtre
La pensée vient généralement avant le processus de réflexion, elle est plus égoïste, plus superficielle
La pensée est variable
Elle correspond à une unité X dans un temps T
Donc, elle est soumise à la loi de l'entropie et on ne peut s'y fier
Donc réfléchissons bien aux conséquences de nos actes
C’est un peu l’effet papillon…comme le dit la chanson
Nous sommes tous en interconnexion et une blessure donnée nous revient inévitablement
Un bisou aussi d’ailleurs
Donc choisissons le bisou et la gentillesse.

Http://elect 

j'ai trop aimé votre style d'écriture, bravo !!


Autres trucs à lire :

– Abus de richesse Visa Infinite Exclusive
– #SoNiceTweet #Nice06 #SoNiceTweet
– Talent du design Mugi Yamamoto
– Le blog Nous et les minibouts par Minibouts

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53