Mon histoire du référencement

au commencent était le verbe !

Et si pour une fois, on commençait par il était une fois ?

J'ai l'envie depuis quelques temps de répondre à ma propre injonction professionnelle, évoquée il y a cela quelques jours : montrer des résultats en contrepartie d'une expertise pleinement assumée. Parce que sur le web, se proclamer spécialiste des pixels en ébullition est devenu un art si peu subtil que cela fait même partie des stratégies racontées ici ou là par les gourous des eldorados perdus. En gros : dites que vous êtes un expert, tout le monde vous croira. Cette tendance de fond se retrouve d'ailleurs un peu partout dans le monde professionnel, où celui qui se met le mieux en valeur fini souvent par gagner du galon. Le feu des projecteurs, tout ça.

Histoire d'en rajouter une couche et pour faire un peu dans le ton confidentiel, voilà qu'il me vient à l'idée de vous conter mon parcours. Il y sera question de belles victoires comme d'échec, mais il y a un point commun dans toutes ses conclusions : ça forge une solide expérience.

Acte I : les prémices

Tout commence en 2002 avec un projet issu de mon job de l'époque ; je suis alors reporter pigiste en radio et rédacteur ici et là, en Languedoc-Roussillon. Le web est tout nouveau et l'ADSL débarque : je décide de lancer un "webzine" baptisé Planète Montpellier. Oui : cela fait donc plus de 10 ans de cela ! Le projet est à cette époque de me donner de la visibilité auprès des rédactions du coin, le format celui d'un portail culturel local. C'est là que ma rencontre avec le référencement se fait : j'ai besoin de lecteurs, donc de visiteurs ! Cette logique implacable prend tout son sens alors que je balbutie à peine mes premières lignes de code, soutenu vaillamment par le CMS Spip !

L'avantage de commencer un projet web il y a si longtemps, c'est que le terrain était vraiment désert. En commençant à lire les forums Webmaster Hub puis WebRankInfo je commence à me familiariser avec les bases du référencement. En gros : faire des liens à travers les annuaires. Tout simplement. Certains utilisateurs parlent déjà de qualité du contenu, du poids du texte comme facteur important dans les classements. J'applique à la lettre ce que je découvre et teste aussi pas mal autour de ma manière de coder.

Au bout de quelques mois à peine, le résultat est stupéfiant : le site truste toutes les premières places, y compris devant des gros institutionnels comme par exemple le festival Montpellier Danse ! Avec une équipe de rédacteurs bénévoles, nous parvenons à fédérer un lectorat fidèle, des commentateurs, et même des partenariats avec de grands acteurs du secteur culturel de la ville. Fort de ce succès sur la toile, un projet dingue est lancé : partir à l'assaut de nouveaux lecteurs avec un vrai journal, en papier cette fois-ci. Une réalité qui a pu se mettre en place durant quelques mois sous le nom savoureux de Bioutifoul avant de se terminer définitivement aux alentours de 2005. Deux années où j'ai déployé trois axes pour mon trafic : le contenu, les liens et la réécriture d'url.

A cette époque mon mot clé à placer partout était simplement "Montpellier" : mon stratagème fut de renommer mes fichiers article.php par montpellier.php ! Bingo super plus bifluoré : Google a adoré ! Le genre de plan qui ne fonctionnerait plus de nos jours !

Acte II : Tribords

En 2005, je fais l'acquisition d'un nom de domaine que vous connaissez peut-être : tribords.com Oui : avec un "S" à la fin ! J'ai alors déménagé de Montpellier pour m'installer à Nice. Malgré un trafic assez costaud de quelques 500 à 1000 VU/Jour, je ne peux plus m'occuper de ce projet à distance. Il faut dire que la force de ce "blog" tenait avant tout dans sa proximité. Les gens dont nous parlions n'avait souvent pas Internet chez eux, il y avait l'effet de nouveauté, voire d'intrigue, qui me poussait à aller gratter dans l'underground. Maintenant, un nouveau départ s'annonce : fini le local, Tribords sera un lieu de partage.

Mon modèle d'alors : feu iciOnAime ; une sorte de fourre-tout numérique plein d'esprit et d'envie. un peu dans l'esprit de ce que j'essaye de mettre en place aujourd'hui avec Les-Internets.org mais en beaucoup plus audacieux pour l'époque. Le concept : plein de belles images, principalement des gadgets, le lien vers la source d'origine, un petit mot. Le genre de site qui fait ça très bien aujourd'hui : Rhooo du camarade Patrice.

En mettant en place Tribords, je commence à me perfectionner en intégration XHTML : je suis alors très attentif aux billets de Deadly Breakfast qui me fait littéralement aimer les styles CSS. A la recherche d'un emploi, je montre mes compétences ici et là et peaufine mes réalisations. Toutes les agences web de Nice sont contactées par mes soins, avec un joli mailing bien ficelé en HTML, et un citron jaune pour logo. Début 2006, une webagency m'appelle pour me rencontrer : ce sera TXCX !

Acte III : les années TX

Engagé sous le titre fabuleux de "webmaster" ma mission est de rendre la vie plus facile à toute l'équipe ; développeurs, graphistes. L'agence a un gros client qui se lance dans le secteur des ventes privées : EspaceMax. Au fil des mois mes compétences en rédaction web sont mises à profit, jusqu'à ce que le glissement opère sans même y faire attention ; je commence à m'occuper du référencement du client, avec succès là aussi. Par la suite, je suis chargé de la gestion des campagnes Google Adwords. Économe et jamais à court de synonymes, mon cap à maintenir est de 0,10 euros le clic. Beaucoup de mon temps est désormais pris à évangéliser sur les bienfaits de l'optimisation SEO, des titres H1 soignés, et même de l'implémentation de flux RSS. Cette fabuleuse expérience avec des gens super compétents m'a permis de donner libre cours à l'utilisation inventive des outils qui font le référencement. A savoir : du temps pour la réflexion, des stratégies bien choisies pour objectifs, des moyens pour la mise en œuvre. Le site se positionne la plupart du temps deuxième sur le terme générique "ventes privées".

Une de mes grandes techniques de cette période fut d'analyser les mots qui fonctionnent le mieux sur Adwords pour adapter mon ciblage en référencement naturel. Dans un contexte de site "fermé" il n'y avait que quelques pages à optimiser pour améliorer le positionnement. Cela ne m'a pas découragé et mes camarades Laurent et Olivier ont tout fait pour mettre en place mes préconisations tout en restant dans la ligne de la direction artistique pointue concoctée par David. Au vu de cette réussite et du savoir-faire de TXCX dans le domaine de la mode, un nouveau projet voit le jour. Pensé en amont avec un esprit SEO-friendly et esthétique à la fois, ce site navigue toujours aujourd'hui : c'est Vitrines-parisiennes.com !

Objectif Shopping mode

Voilà le mot clé générique adopté pour le site : "shopping mode" et bien entendu toutes les variantes du genre. La concurrence est déjà assez féroce à l'époque, et je parviens à hisser le site sur ce positionnement en première ou deuxième place après quelques mois de soumissions dans les annuaires. Mes sources de linking se diversifient peu à peu et j'obtiens aussi un budget pour la négociation de billets sponsorisés. La blogosphère des fifilles est déjà influente et les référents obtenus apportent tout de même une bonne vingtaine de visiteurs par jour. Au bout d'un mois, ça change quand même un peu les stats : + 1000 clics !

C'est aussi durant cette intense période que je publie mes premiers "communiqués de presse" et démarre une veille attentive sur les blogs SEO de tous les bords.

Acte IV : Buzzistic

Après l'annonce d'une opportunité, nous voilà repartis pour les vertes prairies d'un nouvel horizon, direction la Dordogne. Toujours très lié à mon ancienne agence, je collabore désormais avec eux en télétravail, plus précisément sur la rédaction du blog "mode" de ce site e-commerce. Quelques 200 billets plus tard, la stratégie change pour donner plus de poids aux réseaux sociaux : le blog ne fait plus partie du plan. En parallèle, je tisse des liens avec plein de créateurs ou blogueurs ici et là, développant Tribords pour en faire un blog "divertissements" qui court après le buzz.

Dès lors, l'ancienneté du nom de domaine et mon linking de qualité commencent à jouer en ma faveur. Nous sommes dans une ère où demander un lien à quelqu'un n'est pas encore reçu avec méfiance ou hostilité. La popularité suit gentiment la courbe des backlinks obtenus en retour sur la blogosphère. C'est bien simple : durant l'année 2009, la quasi totalité de ce que je publie se positionne tranquillement en première page. Le prix de ces superbes résultats ; une énergie dingue employée à faire de la veille pour dénicher tout ce qui se fait de beau, design, insolite, partout sur le web. A un moment donné, je publie 10 billets par jour pour Tribords, et ensuite 3 billets pour Vitrines Parisiennes dans une même journée !

Ce rythme de dingue a bien évidemment beaucoup plu à Google : c'est ce qui a fait la montée en puissance de Tribords, qui culmine jusqu'à 12.000 visiteurs uniques/Jour au mieux de sa forme. Je déploie également plein de techniques tordue pour mixer/densifier le contenu onsite à grand renfort de PHP. Je développe ainsi l'idée d'enregistrer les recherches Google pour les manipuler en les affichant sous les articles. De générer des textes aléatoires placés ici et là dans des coins de mon contenu.

Parallèlement à tout ça, je commence à fidéliser plusieurs clients, dont l'école ISEC à Paris, le site e-commerce LeFromage.fr et plusieurs autres projets. Je ne peux donc plus tenir mon rythme de fou furieux sur mon blog, et le trafic lui aussi commence à s'éroder. L'expérience de s'occuper de défis intéressants est plus forte que de diffuser à toute allure des ramdams mal ficelés pour des internautes invisibles. C'est ainsi que ma spécialisation en référencement prend ses marques. Les bons résultats se suivent : première place sur "école de coiffure" ; "fromages fermiers" ou "psychanalyse" pendant plus de deux ans, premières pages pour tous les projets, durabilité dans le temps. Mon approche est alors un peu trop orienté vers le linking, avec l'idée que les clients sont maîtres de leurs contenus. Maintenant, je les tarabuste beaucoup plus pour qu'ils se mettent à écrire !

Depuis que je me suis installé dans mon rôle de conseil pour accompagner les entreprises, je passe beaucoup de temps à expliquer ces bases qui, en réalité, sont loin d'êtres évidentes. C'est ainsi que j'ai commencé à donner des formations, avec pour idée de donner toutes les clés en main à chaque stagiaire. Décrypter ce qu'est un lien hypertexte, comprendre le fonctionnement des moteurs de recherche, penser le contexte, se forger une culture numérique générale. Le plus important étant souvent de savoir où on va, et pourquoi on y va.

Le background obtenu à force d'observer les autres blogueurs comme mes propres résultats d'expérimentation sur le terrain forgent ainsi l'expertise. Compte tenu du fait que les fondamentaux du référencement n'ont pas tellement changé, c'est en quelque sorte une dose d'intuition qui me porte maintenant. Pour choisir mes projets avec soin, m'engager dans des stratégies cohérentes, guider et faire passer mes préconisations au client. Cela s'acquière en aimant réellement Internet, en y ayant passé de longues heures à rater des projets, bredouiller un billet un peu personnel comme je le fais ici, partager des contenus, participer sur un forum, exterminer du spam à la pioche. Et regarder inlassablement, l'oeil fébrile, ses statistiques. Avec modération, bien évidemment ! ;)

Vous avez aimé ce billet ? Partagez :
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

à l'imbuvable, nul n'est contenu !

Blogo : le référencement m'a tuer !
Un titre à la sauce Omar qui claque dans le vent glacé pour donner le ton : quelques idées confuses sur l'air du temps et mes divagations perso ... Une fois n'est vraiment pas coutume, je prend le clavier noir ce matin pour jeter ici mes intuitions teint...

Comment faire un cv ?
En ce moment les internautes sont comme tout le monde : en plein dans le morose imposé ! Alors pourquoi ne pas trouver ici quelques conseils et aussi mon avis à moi sur la manière de concevoir...

Les 3 titres, le spam et le SEO
Il n'est pas rare de trouver dans la presse papier une vraie créativité et une affection certaine pour les bons mots. Sur le net, le roi Google a lissé le comportement de chacun, référencement oblige, qui formatent des titres informatifs, chocs, et pas vraiment subtils ... A mes tous débuts du web, vers 2000, j'animais un site 2.0. Car oui, il y avait déjà des commentaires...

Ajoutez votre avis !

25 avis à lire

Comparer les 

Partir avec une base d'une personne qui sait coder, aide vraiment à travailler le SEO avec excellence. Car, s'intéresser uniquement au backlinks est vraiment lassant.
Merci pour le partage de votre expérience.

Patrice 

Très intéressante ton histoire Simon, et bien écrite il faut le dire. On sent la patte de l'expert passionné. Je remarque aussi le dénominateur commun aux meilleurs référenceurs : le nombre incroyable d'heures passées à fouiner, chercher, expérimenter, après les premières années où le référencement n'était pas réellement ardu comme il peut l'être maintenant.
Merci pour ce retour d'expérience :)

Stars people 

Toute une histoire vraiment sympa, et je découvre les débuts de "Tribords" ce nom de domaine va avoir bientôt dix ans, alors que moi à ce moment là je n'avais même pas encore internet.
A l'époque de ce que je sais un peu sur le référencement, avec deux mots clés et seulement 2 backlinks on pouvait cartonner, en 2013 le référencement à bien changé.

Vape 

Jolie parcours pour quelqu'un qui n'était pas référenceur de formation. Google est devenue une intelligence artificiel a lui seul avec tous ses algorithmes et faire du backlink était très ennuyeux, place aux textes.

Chasse sous  

En voilà un parcours très intéressant qui me fait comprendre que j'ai encore beaucoup de travail. Mais la variété de tes expériences est un atout formidable.

Erwan 

Tout le monde peut se proclamer expert mais l'autorité de domaine MOZ ça ne trompe pas ; quand j'ai vu que tu dépassais les 60 avec plusieurs domaines, ça m'a donné envie de te suivre... Et c'est un plaisir de te lire.

Accessoire m 

Le référencement est une métier très délicate et elle exige un pus de travail en continuité. Le moteur de recherche Google est basé sur l'intelligence artificiel pour l'étude et la création des Backlinks.
Je vous remercie pour le partage de cette expérience.

Agence locat 

Pour devenir un vrai référenceur il est nécessaire d'acquérir certaines informations primordiales concernant cette métier. Merci pour le partage de ta excellente expérience dans le monde de référencement.

Fwd 

Je vous remercie pur le partage de ton histoire dans le domaine de référencement, certes qu'il va aider les référenceurs débutants. Cette métier et plus sensible. Un vrai référenceur, c'est qui est très intelligent et fournit des nouvelles astuces pour gagner la compétition contre Google qui est aussi basé sur l'intelligence artificiel pour l'optimisation de sites internet.

Echelle 

12K VU/jour ça laisse rêveur, ton palmarès en SEO est impressionnant, j'apprécie particulièrement ce type d'article avec un point de vue très personnel, c'est particulièrement inspirant :)

Christian de 

Salut Simon,

Pfuuu, quel parcours!

Une vraie épopée.

Tu fais partie de ceux qui ont participé à la naissance de la blogosphère francophone.

Bravo.

@+
Christian.

Les Options 

Impressionnant les résultats, ça aide quand même se savoir coder un minimum pour tester des choses différentes, sinon on est un peu obligé de suivre l'évolution globale comme un mouton, dur d'innover

Ben the webm 

ouch pour un jeune référenceur comme moi, on se dit qu'il y a encore du chemin à faire pour se dire "expert". Merci pour ce partage d'expérience qui reste rare dans le milieu du SEO.

Taxi paris g 

A te lire je vois que j'aurais un long parcours devant moi surtout que l'on voudrait s'auto-former, mais à quoi bon baisser les bras là ou d'autres ont réussi ?

Enceinte blu 

Acheter enceinte bluetooth doss pas cher
"Merci beaucoup pour que vous puissiez les partager avec nous.
Je reviendrai.
c’est vraiment un bon site. :) "

Tohom 

C'est sûr que poster autant ça fatigue. J'ai posté pour trois blog de vidéos buzz, au bout d'un moment j'ai tout lâché d'un coup car entre mon boulot et cette activité, je ne faisais rien d'autre...

Petite question quand tu parles de contenu. Est-il judicieux d'afficher des articles aléatoires (donc vieux) sur sa page d'accueil au dessus des derniers articles ?

Merci d'avance

Simon Tripna 

@ Tohom : oui, c'est clairement éreintant, même si cela n'a l'air de rien. De nos jours la longueur et la densité des textes compte également pour beaucoup dans le positionnement, donc parvenir à écrire de telles quantités avec un souci de qualité minimale devient clairement impossible pour une seule personne !

Pour répondre à la question d'afficher de l'ancien dans du nouveau, en une, je dis : pourquoi pas ? On est encore libre de faire ce qu'on veut ! ;) L'apport en terme de pertinence doit cependant être minoré à mon avis, car cela doit faire quelques temps que Google parvient à segmenter les zones de textes pour bien déterminer la différence entre les contenus. Les sites de médias en ligne sont bourrés d'articles qui n'ont aucun lien entre eux : il faut bien les identifier comme étant différents. Donc, mon avis : c'est du bonus pour l'internaute de pouvoir relire des archives ! :)

Michelin 

Fantastique, très bel expérience, cela nous aidera certainement, nous qui sommes classé dans les cases des débutants, finalement, je trouve que le référencement est super intéressant une fois tu l'as dans le sang. Merci beaucoup.

Options bina 

Ce que j'apprécie, c'est que tout s'est simplifié. Avec Wordpress, on peut facilement référencer un site grâce aux nombreux plugins SEO d'extrêmement bonne qualité.

Creation sit 

Merci beaucoup Simon pour le partage de ton excellente expérience dans le domaine de référencement, il va surement aider les référenceurs débutants. Un métier très délicate.Un métier à long terme car le résultat n'est pas visible que quelques semaines, voire quelques mois. Pour être un bon référenceur, l’intelligence est très exigée.

Calemiro 

Très intéressante ton histoire Simon,Google est devenue une intelligence artificiel a lui seul avec tous ses algorithmes et faire du backlink était très ennuyeux, place aux textes.

Pauline 

Beau parcours ! Merci pour ce partage.
Tu dis avoir publié 10 billets par jour pour Tribords, et je ne doute pas des résultats obtenus : une stratégie de contenu massive permet d'améliorer très rapidement et sensiblement son référencement. Tu en apportes la preuve !

Online proxy 

c'est vraiment intéressant de partager avec nous votre histoire et vos expérience en référencement, pour moi je viens de commencer mais il me faut beaucoup de travail, souhaitez moi bonne chance.

Tadelakt 

je sais coder (PHP/JEE...) c'est un peu ennuyant
le référencement est très motivant, on remarque les résultats à longue terme, c'est pour cela être Référenceur est une patience !

Charles 

Très bon article et très beau parcours. J'espère pouvoir en dire autant d'ici peu!!! La SEO ne cesse d'évoluer et je pense que cela devient de plus en plus difficile de prendre les premières places sur Google. Merci pour les conseils.

Autres trucs à lire :

– Blogo ergo sum ! La blogosphère ne meurt jamais
– Où j'ai mis mon tutu ? Des ballerines qu'elles sont Shoette !
– Blogo ergo sum Woazoo, moteur de blogs
– Le blog Papilles et Pupilles par Anne

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53