La guerre des blogueurs

blogo ergo sum !

En ce moment et depuis pas mal de temps, une guerre larvée fait rage ...

L'apothéose de gesticulations en tous sens vient chatouiller notre été cramoisi d'une tranquillité pesante : il y a du clash en vue entre 4h18 et toute une clique de blogueurs pros qu'il me serait trop aimable de citer ici ...

Des petites piques entre blogueurs pour savoir qui a la plus grosse (audience) ou qui est le plus perverti par les agences de communication, ça ne date pas d'hier. Les calanques calendes grecques s'en rappellent comme de leur première chemise, c'est dire ! Depuis plusieurs mois pourtant, gronde une sourde colère dans les tréfonds de ce qu'il est maintenant mythique de nommer Les Internets ... un vent de révolte ? Oui ... mais pour dire quoi au juste ?

Auditoire, qui est le plus pro de la blogo ?

Voilà où nous en sommes : les gourous vendeurs de rêve nous refont le bon vieux coup classique de l'eldorado numérique où les dollars se ramassent à la pelle excavatrice automatique. Ils distillent des conseils affligeants de rusticité sur le ton de la confidence ... Cela dit ça ne date pas d'hier, il a bien fallu démocratiser le web d'une manière ou d'une autre. Pour apprendre, il y a deux manières de faire : essayer et progresser, ou déléguer son apprentissage en choisissant une valeur montante de l'économie exsangue : la formation !

C'est là qu'intervient le fond du problème : le public des blogueurs est constitué de braves gens qui veulent apprendre des choses pour les maîtriser, et ont bien souvent une idée derrière la tête. Cette idée, on ne va pas se le cacher, c'est de gagner un max de blé pour se payer la belle vie en sirotant des boissons qui font rire. Ou pisser, voir les deux. L'idée que l'on gagne bien sa vie avec un blog est d'autant plus répandue que la crise s'étale de tout son long sous les yeux émerveillés des banksters avides. Les petits boulots, l'argent facile : des promesses qui ont le vent en poupe un peu partout. Attention tout de même s'il y a trop de grain ... la tempête n'est pas loin.

Pour en revenir aux blogueurs, je distingue pour ma part plein de profils différents. Il y a les très bons techniciens comme Vinch ou Grégoire ; ceux qui manient bien les mots comme chez Sylvain ; ceux qui ont captivé leur public à la manière d'Éric ... et puis plein d'experts dans leur domaine qui font le délice de ceux qui se donnent le temps de les lire.

Mais pour faire plus simple et aller plus directement là où ça gratte, on peut quand même distinguer deux grands groupes : ceux qui écrivent en y pensant quand ils se rasent le matin, et ceux qui ne pensent qu'à ça, en se curant les aisselles. Un blogueur qui écrit avec ses tripes peut poursuivre plusieurs objectifs à la fois; il tisse des liens de forte camaraderie avec un peu tout le monde, il gagne en notoriété dans son domaine quand l'occasion se présente, il a plein de sujets de conversation autre que son propre média. C'est un des traits caractéristique de l'autre groupe : tout y est souvent présenté sous la forme de recettes à appliquer, un peu la tambouille nouveau cru du marmiton de l'e-reputation.

Du coup, c'est une pluie de conseils qui déferle sur les lecteurs de ces blogs à l'air anodins : un peu de développement personnel par ici, une bonne grosse dose d'individualisme par là, et toujours le même principe répété à l'excès : faites ce que j'écris, vous obtiendrez ce que j'ai. A savoir pour la plupart du temps : un sempiternel Wordpress installé à l'arrache avec un thème moche comme une pluie d'octobre, des commentateurs complètements lobotomisés qui lèchent chaque recoin de pixel, et des vacances spectaculaires dans un pays du tiers-monde où le soleil calcine la pauvreté à l'instar des neurones de vos fidèles lecteurs. Tableau désolant, pas vraiment celui de professionnels du marketing, un terme galvaudé à l'envi parce que pas vraiment clair dans la tête des gens.

Alors, qui est le plus pro ?

Oui, c'est là que la question se corse un peu, dans le sens où il faut bien trouver une acceptation consensuelle du mot "pro". Le fait de parvenir à convaincre des gens de suivre une formation dont les résultats ne sont pas tout à fait à la hauteur de l'état de l'art d'une discipline peut sembler être une réussite. Du coté des blogueurs "éditeurs" qui monétisent via Adsense, et donc un certain volume de trafic, rien à vendre "clé en main" : quelque fois du conseil auprès des entreprises qui souhaitent se lancer sur le web.

De l'autre coté, nous avons l'autre champ des possibles ; la vaste catégorie des blogueurs qui ont pour la plupart du temps un très petit trafic mais persistent en regardant l'autre versant de la blogosphère comme une bande de dépravés qui ne font rien qu'à s'amuser. La ritournelle est souvent la même : les français n'aiment pas la réussite, ce sont des jaloux, et surtout : restez groupés ! Quelque part, on ne peut pas leur en vouloir : je suis moi-même le premier étonné de la facilité déconcertante avec laquelle on peut nouer des relations de bons voisinages dans la blogosphère francophone. Ici pourtant, les deux camps s'affrontent autour de notions, on l'a vu, assez subtiles à cerner.

Défendre l'autorité de l'expertise

Tout l'enjeu est là : des blogueurs au long cours qui ont roulé leur bosse, surmonté des updates de Google à la sauce bestiole poilue, répondu à des centaines de trolls, décortiqué un courrier éclectique, tous ces héros de la blogo sont cantonnés par l'autre clan à des simples internautes lambda, affirmant que les blogueurs "pro", c'est eux et personne d'autre.

Pour caricaturer, ils ont appliqué à la lettre les conclusions des analyses des autres, et ont été directement à l'essentiel. Il faut donner pour recevoir ? Allez hop, prend donc mon e-book gratuit dans les dents ! Il faut commenter chez les autres blogueurs ? Va-y que j'organise avec une régularité helvétique mes séances de courtisan chez les potes. Nous sommes-là devant des blogs élevés aux hormones d'influence. En réalité, ils n'influencent personne, pas même les agences de relation presse.

En tant que consultant SEO il m'arrive régulièrement de travailler avec des équipes bien rodées en référencement, y compris à l'étranger ; en Allemagne dernièrement. Avec une vue large et non clanique de la blogo actuelle, le poids des années passées comme seule expertise valable, je n'ai pas de mal à identifier des blogs qui peuvent mener rondement une campagne. Mes clients aussi ne sont pas dupes ; les blogueurs qui s'autoproclament "pros" par le truchement de conseils poussiéreux ne font jamais partie d'une stratégie. La notoriété d'une marque n'oserait se frotter à leur réputation sulfureuse, et pour dire plus simplement : à leur manque de professionnalisme évident.

A mon avis, il est clair que les experts du dimanche comme les référenceurs illettrés ne vont pas disparaître comme cela sous le seul poids de la critique des légitimes. Suivant la polémique actuelle d'un œil distrait j'en tire souvent la conclusion que tout cela n'a pas de fin. Acteurs du web qui me lisez, il a du vous arriver maintes fois de vous faire éconduire à la place d'un apprenti tout droit sorti de l'œuf, le placenta encore dégoulinant sur son ignorance ? Franchement, nous n'en sommes pas mort, si ? Comme dans le e-commerce, il me semble au contraire que nous bénéficions de la "défidélisation" des entrepreneurs qui n'ont pas trouvé le bon prestataire. Partis en courant, il suffit de reprendre à zéro sur des bases saines et donner des objectifs réalistes à leurs projets. Ils sont parfois impatients dans le référencement, mais rares sont ceux qui s'entêtent éternellement dans quelque chose qui les mène à l'échec.

La stratégie de la visibilité

Toute cette prose poussive pour conclure que je plains l'internaute lambda. Dans la documentation extensive à l'infini qui promet la réussite, les bonnes positions, l'engagement des fans sur Facebook, la réussite du gâteau aux chips, il était déjà pas mal perdu. Désormais, il tombera de temps à autres sur des billets qui disent en substance que les uns disent des âneries ... De l'autre coté, des gourous qui affichent le silence d'or de ceux qui passent par les avocats ... sauce mexicaine. Chacun avec sa conscience, les blogueurs prennent parti pour un camp ou l'autre. Victime collatérale : le petit fermier du coin qui passe des heures à décrypter les bavardages des gens du web, à se demander si tout compte-fait le marché du coin n'est pas plus humain, d'abord.

Et si la solution passait par la transparence ? Qui fait quoi ? Où sont les résultats de tel community manager ? Quel site est positionné sur quel mot clé ? Quelle agence travaille avec qui ? Il me semble que nous en sommes arrivés au stade où la meilleure façon de montrer aux internautes que certains sont incompétents est d'afficher avec fierté sa propre compétence. Comme disait l'autre : seuls les résultats comptent !

Pssst : soyez social :
Pinterest

Et aussi ...

Ce qui motive les blogueurs
#blogo Motivations de blogueurs : et vous ?

Blogueurs : tous copieurs ?
Une question qui claque dans le vent glacé, non ?

Référencer n'est pas tartiner
Quand le contenu roi frise le despotisme lexical ... petit billet d'humeur confus sur l'air du temps qui passe ...

Ajoutez votre avis !

33 avis

Simon 

Excellent, joli plume ! En effet rien ne vaut la démonstration par l'exemple et la transparence. De ce coté la les ricains font plus fort que les français. Il y a par exemple des excellents contre rendu de MFA qui marche comme celui là nichepursuits.com/niche-site-project-income-report-for-july-2013/

Johanna 

Les professionnels connaissent ces méthodes, mais la majorité des internautes peuvent se laisser tenter par des discours bien rodés. Et mettre le doigt dans l'engrenage... Belle analyse et sacré article qui décrypte la situation.

Ranking Comm 

Une vision intéressante, plutôt pertinente et très bien formulée du blogging tel qu'il est aujourd'hui. Entre les blogueurs qui créent du contenu pour s'en mettre plein les poches, ceux qui publient pour nourrir le gros méchant panda de Google et ceux qui proposent des articles réellement qualitatifs mais qui manquent cruellement de visibilité, il est parfois complexe de s'y retrouver. Heureusement qu'il reste des valeurs sûres !

Stef 

Après le "rock-star" Seo qui interview le famous marketeu, voilà qu'un autre référenceur se mêle à la gué-guerre initié, en autre par le marseillais qui a transformé son très sympa blog en croisade perso assez moche...
Un bon point de départ serait en effet de d'abord dénoncer l'intox qu'utilisent les méchants ... mais aussi souvent les gentils (choisissez votre camp)!
Je ne sais pas pour le lecteur lambda, mais les blogueurs lambda, dont je fais parti, n'y gagnent pas grand chose (mis à part se marrer).
Sinon, super article et comme le dit ton homonyme plus haut : superbe plume !

Sylvain 

Chapeau pour le billet! Belle plume toute en finesse et en images pour un récit au final vachement bien démoulé et non moins limpide.

Merci aussi pour la mention :)

En bon blogueur que je suis, cette dernière me va directement dans les chevilles ;)

Cordialismatuderies sincères, (comme il est de bon ton de s'en adresser régulièrement dans la blogosphère)

Sylvain de Tranches-de-Marketing

JC 

T'écris toujours aussi bien ! Tout cela reste quand même un sujet cyclique, pratiquement inépuisable.

J'ai l'impression que plus le temps passe et... plus c'est pareil. Il y a, par contre, moins de trolling cette année vis-à-vis des gros blogueurs, mais des charges bien senties sur les faux experts du blogging qui, eux, sont toujours aussi gerbants.

Tang 

Cela fait un peu vol au dessus d'un nid de coucous.
Ce n'est ni mieux que vol au dessus d'un nid de couscous, c'est juste un peu plus intello.
Quitte à le lire, autant le commenter!
Mais en matière de contenu pertinent, style article de fonds... bof.
J'avais déjà choisi un camp par sympathie, fait de tortillas et de vrai hamburgers! Il se reconnaitra.

Gudule 

Je dirai juste que ça ressemble beaucoup à la société...
Des gros et des "petits"
Chacun cherche à manger l'autre...
Déposer une marque est tellement simple... Alors pro ou pas... C'est la longévité qui le dit...
Une vieille expression "quand on veut on peut"
Et une autre "y'a toujours un crétin qui qui va acheter"

Chob 

Je ne sais pas si on peut parler de guerre des blogueurs, tant les blogueurs de ta 2ème catégorie vendent de la poudre aux yeux mais n'offrent pas vraiment de contenu intéressant.
Sinon, la dyslexie est peut-être contagieuse puisqu'elle à contaminé ton article : on parle de calendes grecques et non de calanques grecques ;-)

Simon 

@Chob : je suppose que tu veux parler des fameuses kalendas graecas qui font la réputation du pays par delà les crises systémiques ? Voilà qui est corrigé, et même mieux : raturé dans mon billet !

Bruno Gonzal 

Bonjour. Pour la première fois depuis longtemps sur ce genre de sujet, je vais être sérieux. Mais brièvement, hein, juste quelques mots... promis... enfin je vais essayer.

Je suis ce qu'on a coutume d'appeler un "webosaure", ou si vous préférez, un vieux de la vieille à l'échelle du Net, un de ceux qui sont tombés dans la toile au siècle dernier, quand les plâtres n'étaient pas tout-à-fait secs et qu'on pouvait encore rêver d'une nouvelle Révolution Industrielle Numérique. Eh bien je peux dire qu'à l'instar du p0rno qui s'insère rapidement dans la moindre nouvelle fente médiatique qui s'offre à lui (hem ! désolé pour l'image...), la noble profession de Margoulin-Entubeur est au moins aussi rapide à investir toute nouvelle plateforme de communication, à condition qu'elle tende à se démocratiser facilement et qu'on y croise un maximum de pigeons potentiels. Par conséquent, des gourous à la petite semaine, des champions de la "méthode d'enrichissement inédite" et autres professionnels de l'activité lucrative multinivelée, j'en ai vu passer des caisses, et ce dès le départ, c'est-à-dire, en gros, le milieu des années 1990.

Alors aujourd'hui, ces gesticulations que Simon a si bien décrites dans son excellent billet, franchement, ça m'amuse un peu. Mais pas trop non plus parce que je comprends son agacement et, très vite, je sens que je pourrai facilement retrouver certaines mauvaises habitudes. Désormais, les "experts" ont remplacé les "gourous", les "trucs infaillibles de SEO" ont supplanté les "secrets pour gagner de l'argent en ligne", et les "techniques de vente irrésistibles" ont relégué les "promesses de vous rendre riche" au rang d'antiquités de la communication marketing. Or, si la forme a changé, le fond et toujours là, lui, et comme toujours il est sombre, boueux, voire carrément nauséabond. Longtemps, j'ai bataillé contre cette forme d'arnaque à la crédulité. Longtemps aussi j'ai pris des coups moi-même. D'abord de la part de ceux qui appréciaient moyennement que je touche à leur business, et c'est de bonne guerre. Mais j'en ai aussi reçus pas mal de leurs victimes, lesquelles n'acceptaient pas l'idée qu'elles aient pu être à ce point dupées et qui préféraient donc taper sur celui qui avaient brisé leurs rêves plutôt que de revenir à la réalité. Je l'avoue, c'est l'une des raisons qui m'ont convaincu que ça ne servait à rien de vouloir aider les imbéciles contre leur gré ; ça et l'ampleur incommensurable de la tâche, qui reviendrait presque à essayer de vider l'océan à la petite cuillère, tant les requins sont nombreux et leurs proies consentantes.

Donc maintenant j'ironise, je taquine un peu parfois, mais le plus souvent je reste en retrait et je regarde tous ces gens pleins de certitudes se gargariser de leur géniale expertise comme des paons ridicules. Et je souris aussi, en les voyant aussi persuadés d'avoir inventé des concepts que j'ai, pour ma part, eu le temps de voir naître et mourir au moins deux fois déjà. Simon dit qu'ils jouent à savoir qui a la plus grosse. Moi je pense qu'ils peuvent tout juste espérer choisir lequel parmi eux aura la moins petite...

Bruno Tritsc 

Bonjour,

Le sujet fait couler beaucoup d'encre, mais il y aura toujours des gens pour abuser des faibles et malheureusement la législation en vigueur ne fait pas grand chose contre cela.
D'ailleurs les voyants, diseuses de bonne aventure et autres gourous ont toujours pignon sur rue, non?
Par contre, il y a bien une catégorie de personnes qui se réjouissent de tout cela: les avocats, huissiers et autres professions juridiques qui sont les grands gagnants de ces guéguerres!

Christian de 

Salut Simon,

J'arrive justement chez toi à cause de cette guerre fratricide entre pros et pas pros dans le monde de la blogosphère.

Victime consentante (et surtout beaucoup plus con que sentante puisque je n'ai rien senti venir)je me suis retrouvé, tel un petit Poucet, perdu dans la jungle d'Internet en ayant perdu mes petits cailloux (je veux parler de mes petits picaillons), incapable de retrouver mon chemin.

Que les vrais pros ne me jettent pas des sacs de caillasses à la tête mais j'avoue.

Oui, je donne pour recevoir, oui je commente chez les potes de mes potes qui commentent chez moi en se sentant un petit peu obligé de renvoyer un ascenseur asthmatique et de temps en temps, je m'aventure loin de mes terres pour chercher du backlink ailleurs (coucou).

Et Google s'en fout alors que le formateur il m'avait dit que j'allais être riche et plus vite qu'en 6 mois.

C'est que je fais pas tout comme il me dit qu'il m'envoie comme justification, à que.

Seo pas de ma faute si dans ce dédale de pros et pas pros le petit poussin du oueb se fait d'abord attraper par celui qui lui propose des hormones de croissance pour faire le kilo en 4 semaines (à raison d'un nourrissage 4 heures semaine)plutôt que par le pro tellement discret qu'on dirait qu'il à peur des contrôleurs fiscaux.

Je vais pas plus loin car j'écrirais un ebook style encyclopédie de Diderot(un vrai pro celui-là, qui se faisait pas chier avec internet)sur le sujet.

Alors, pour être sérieux (ça m'arrive mais uniquement sur prescription médicale):

1) Pourquoi les vrais pros ne sont-ils pas en première page quand on cherche à se lancer dans l'aventure!

Devant les pas pros qui trouvent une légitimité convaincante en étalant partout leurs noms et leurs sourires à la Pepsodent à côté d'un palmier de service.

N'oubliez pas que pour un débutant qui croyait au départ qu'un blog n'était qu'un gros caillou le mot "référencement" est à des années lumières de "piscine à débordement".

Que les kings du référencement se positionnent devant les tapineurs vendeurs de boudins syphilitiques au prix de pin-up ouvertes à toutes les opportunités et garantissant l'arrivée au 7ème ciel à la vitesse d'un Ben Johnson dopé au Don Perignon, et les boulevard du oueb seront mieux gardés.

2) Comme tu le dis, putain, de la transparence les gars!
Montrez-nous vos résultats!

Vous êtes des pros et eux des pas pro(pres), dites-nous bien pourquoi en étalant ouvertement vos résultats, en disant qui vous êtes, avec qui vous travaillez (la boucherie Sansos ou l'Emir du Koweït?).

Bref, où êtes-vous, qui êtes-vous, que faites-vous...?

3) Et pas de pudeur par pitié!

Il y a 10 000 possibilités légales de dire ce que l'on pense des escrocs (je n'ai pas cité de nom) qui pêchent, dans les deux sens du terme, sur le net pour attraper les petits poissons à la recherche d'un asticot complémentaire pour boucler leur fin de mois.

Aidez-les à ne pas plonger dans leurs filets made in USA.

Et, et, et....

Et ceux qui disent, "passons outre, on a autre chose à faire que de s'occuper de ça; que les pigeons continuent à se faire plumer à la grosse tronçonneuse, on s'en fout, nous on travaille..." ils oublient une chose.

C'est que vos pas pros, ils polluent l'atmosphère et quand une plage est goudronnée, c'est toute la côte qui en paye les frais.

Donc, éliminer les crottes ambiantes et vos propres trottoirs ne s'en porteront que mieux.

Et si en dehors de ça vous pouviez avoir un peu de compassion pour les victimes de ces colombophiles sans scrupule, victimes qui ne sont pas systématiquement des couillons à la recherche de l'argent facile (non, je ne suis pas aigri), ça coute pas plus cher.

Mais ça, c'est aussi un autre débat.

@+
Christian.
P.S.: bon, maintenant que j'ai une bonne base, je vais écrire un article là-dessus.
Contenu=meilleur référencement, non peut-être (ça c'est du belge comme expression)!



Thibaut Pare 

Y'a pas à dire, j'aime ta verve et ta prose.
Dans mes objectifs de mutation ultérieurs, je pense d'ailleurs arrêter mes publications sur mon blog pour faire plus dans le sentiment et l'expérience : du contenu moins fréquent mais de qualité et plus thématique que ce que je fais actuellement.
Trêve de palabres, cette bataille fait rage effectivement. Ce dont je me rends compte, c'est qu'en fin de compte, il y a 3 camps. Les blogueurs pr0s, les blogueurs vrais (dans le sens francs, naturels) et ceux qui s'en fichent et regardent de loin. Parce qu'au final, dans chaque affrontement, il y a toujours quelqu'un qui regarde les camps s'affronter (celui qui ramasse les miettes après ?). Ce dernier groupe est peut-être le plus sage tout en étant lâche : de toute façon, il y aura d'autres batailles, d'autres guerres pour obtenir le précieux, le Graal de tout professionnel : la reconnaissance et la visibilité ultime.
J'avoue que, depuis le départ de mon aventure web à l'époque des chaines hotmail, j'ai vraiment du mal à lâcher prise et laisser faire ces escroqueries. Je suis un des premiers à dénoncer les vendeurs de rêve. D'un autre côté, je sais et j'ai déjà vu que cela me servait (je suis connu comme quelqu'un de droit qui défend ses valeurs) et me desservait aussi professionnellement (des partenaires ne veulent plus travailler avec moi car je fais trop de remous quand les prestataires sollicités font de la mouise).
Au final, l'important n'est pas de choisir un camp. L'important, c'est de respecter ses valeurs et ses convictions en ayant peser le pour et le contre sans regrets.

Bruno Gonzal 

@Christian
C'est vrai que c'est mieux de ne pas laisser faire quand on voit des gens se faire plumer, et longtemps j'ai joué à Robin des Bois (en carton, hein, chuis pas Errol Flynn). Sauf qu'à force de me faire pourrir par ceux-là même que j'ambitionnais benoîtement de "défendre", j'ai fini par lâcher l'affaire, même si j'étais conscient que, malgré tout, dans le lot, il devait bien y en avoir un ou deux à qui on mettait méchamment la tête au fond du seau d'aisance et qui auraient mérité qu'on les en tirât. Mais voila, il arrive un moment où ton propre instinct de survie t'explique que tu ferais mieux de t'occuper de tes miches avant d'essayer de sauver celles des autres...

@Thibaut Parent
C'est un vieux principe qui m'a toujours réussi : lorsqu'un partenaire potentiel te fait la tête parce que tu as un peu trop soufflé sur des prestataires indélicats, c'est généralement parce que, quelque part, ils ne sont pas blanc-bleu eux non plus. Donc pas de détail, tu vires. Le seul à qui tu dois rendre des comptes ici bas, c'est le mec qui te regarde vilain dans le miroir certains matins. Et si tu te mets à réduire ton niveau d'exigence morale histoire de garder certains clients, alors attends-toi à mal dormir et, finalement, à ne pas vraiment apprécier le gars que tu seras devenu.

Stef 

@Stef pourquoi moche ? Quand des gens te méprisent ouvertement, te menace de toutes part, c'est moche de donner un avis public ? J'assume ce que j'ai dit sans soucis. Mais j'en ai ras le bol du silence et des gens qui parlent tout bas et ne font rien oui.

Mais je rejoins aussi @bruno.... à un moment tu te dis mais à quoi bon. Finalement c'est moi que l'on juge et devant un tribunal et sur la toile. Y'a comme un truc qui déconne dans ce pays.

Tout le monde pense la même chose. Personne ne bouge. Et finalement ce sont ceux qui veulent faire bouger les lignes qui se font taper dessus. C'est quoi le problème ?

Bruno Gonzal 

@stef
Malheureusement, en France, c'est effectivement assez mal vu de "donner un avis public"... sauf bien sûr si c'est pour servir la soupe aux tenants de la ligne officielle, aux ayatollahs du politiquement correct et d'une manière générale à tous ceux dont il est recommandé de brosser la couenne dans le sens du poil.

De là à dire que c'est moche, non, je ne pense pas. Juste mal vu... Ceci dit, quand on voit ceux qui en jugent, ça fait plaisir de ne pas être de leur côté ;-)

Thibaut 

@ Bruno : en fait, dans toute démarche éthique, il y a des jours où on se pose des questions.
C'est une capacité à toujours garder opérationnelle, savoir se remettre en question pour savoir si on tient sa ligne de conduite ou pas.

Certaines fois, je suis heureux et fier de mon éthique. D'autres fois, quand les temps sont difficiles, que les refus ou les guerres latentes se dessinent, je me demande si j'ai fait le bon choix.

Mais ne t'inquiète pas, dans mon travail comme dans ma vie, je me qualifie par mes valeurs humaines. C'est le petit plus gratuit qui me permet de conserver mon honneur et ma dignité dans ce web, même s'il m'arrive de péter une douille aussi :)

Pour les prestataires indélicats, je n'en ai cure. Si on est amené à travailler sur un projet ensemble, ce sera éthique ou ce ne sera pas. Je suis rancunier mais je pardonne aussi... Quelques fois ;)

Karine@acces 

Salut
J'ai bien aimé cet excellent article et je vous remercie pour le partage. La concurrence toujours pousse les experts de domaine en plus de travaillent et améliorer leurs connaissances afin de fournir des bons services. A mon avis, un excellent blogueur est celui le plus motivé en des domaines de recherche différents.
Bonne continuation.

Stan Pic 

Bonjour Simon, tout d'abord merci pour la mention “une régularité helvétique“ et ensuite félicitations pour ton article. Moi-même, avant de me lancer en qualité de blogueur il y a trois mois, j'ai beaucoup réfléchi (d'autant que je suis un ancien journaliste - c'est un autre débat ;-)) à choisir le statut de blogueur et une seule réponse venait à moi, celle de vouloir partager. Je crois que c'est là le vrai sens du mot blogueur non ?! Dans mon cas, je me lance en septembre avec le but de faire découvrir des entrepreneurs et artistes suisses qui ne sont pas aidés par les médias traditionnels. Donc, mon statut de blogueur ou blogueur pro importe bien peu, car le plus important c'est le lien que tu crées avec ta communauté de lecteurs. L'avantage de ce statut, en tous cas pour moi, et d'être plus libre de m'exprimer sur les sujets qui me passionnent, principalement ceux qui osent entreprendre. Dès lors, il n'a pas été difficile de convaincre un partenaire à me soutenir financièrement. Au plaisir de te lire encore et sincères salutations d'un "jeune blogueur" suisse ;-)

Marie-Ange 

Et voici résumé d'une plume allègre ce que je pense tout bas depuis un an ou deux, MERCI de l'avoir couché par écrit.

Blogueuse voyage depuis près de 10 ans, courtisée par les marchands de rêve de tout poil, je suis aussi de très près l'évolution de ce petit monde de la blogosphère, autant française qu'anglo-saxonne (et souvent avec un sourire mi-figue mi-raisin). Donc, pas de commentaire superflu, tout est dit ici, et BRAVO pour cet article.

;-)

Ampoule led 

Effectivement dur de s'y retrouver dans ce "marché" du blog. Je partage la conclusion pour dire que la transparence apporterait beaucoup et crédibiliserait pas mal d'articles.
Merci !

Julien @ avi 

Un bien bel article qui résume bien ce qui agite la communauté française du blog en ce momet. beaucoup vendent du rêve. Mais heureusement leur audience n'est pas si dupe que cela.

Valentine 

Je n'étais pas vraiment au courant de cette "guerre" mais je dirais deux choses : c'est un délice de vous lire, car vous maniez la plume et les métaphores avec doigté.
Et je vous rejoins sur l'idée, que oui, malheureusement en France, la réussite doit se taire. (j'ai entendu dire que c'était un peu pareil en Finlande).
Vous devriez vous "lâcher" plus souvent ;)

Stef - 4h18 

Je suis d'accord sur l'idée de transparence, mais pour dire quoi, pour perler de quoi, que mettre en avant ?
Les résultats des formations ? Là, faut pas rêver, malheureusement.
Un vendeur ne te les donneras jamais, déjà, la plupart ne les connaissent pas, et d'autres part, ce serait mauvais pour leur business. On aurait alors la preuve tangible que certaines formations ne fonctionnent pas du tout.

@Valentine : il y a réussite et "réussite"...

Idem2lyon 

L'article est vraiment bien fait. C'est impressionnant de voir sur #Twitter notamment cette guerre de faux amis blogueurs qui se volent les news fraîchement postées.

Cependant, je trouve inutile d'utiliser l'expression "les internets" tout cela parce qu'un président incompétent à un jour fait une boulette. "Les internets" representent au pire les différents réseaux censurés de par le monde, en aucun cas des "clans" ou clivages de "monsieur j'ai la plus grosse".

Michel 

Il y a bien une guerre et elle est intéressante mais finalement a qui profite la guerre ? de plus en plus de référenceurs qui créé du contenu, des sites de plus en plus pro ou l'internaute lambda va se faire avoir en cliquant sur des pubs et les vrais blogueurs qui sont présent depuis longtemps avec une histoire, une réputation etc (korben,Dupin etc)

Cyn 

Salut Simon !
Je découvre ton blog avec cet article (grâce à Sylvain de TdM) et effectivement, tu sembles être un seignor de l'écriture alors c'est un plaisir de te lire :-).
Trêve de congratulations.

Chaque blogueur n'a, effectivement, pas les mêmes objectifs et bien qu'il faille de tout pour faire un monde, c'est lourd de voir tous ces pseudo "blogueurs pros" en carton qui tentent de prêcher leur bonne parole et vendre du mensonge à outrance. C'est con mais quand on n'y connaît rien (ou pas grand chose), on peut facilement tomber dans le panneau et croire qu'on peut gagner gros en ne faisant pas grand chose, à moins d'avoir un minimum de jugeote.
Ceci dit, si ces charlatans pullulent, c'est que la récolte est plutôt bonne alors pourquoi cesseraient-ils ? (non pas que je les défende, loin de là !)
Le problème est simple : être motivé par les biftons, ça ne crée rien de bon, mais si ça fonctionne, alors ça continuera ...

Astuces Link 

le vrai problème est que les "clients " ne vérifient pas l'information ailleurs, ils obéissent sottement aux "pros" et donc se font avoir

comme disait simon le web fr est en retard par rapport au web anglophone et les escrocs profitent de cela en copiant simplement les méthodes US

Vaparome 

Si il y as bien une chose que j'ai retenu parmi tous ces soit disant professionnel c'est que ceux qui le sont vraiment ne clame pas haut et fort, car il n'ont pas de temps à perdre pour ça. Il ne faut pas être dupe, les bons ne font pas dans le commercial, mais dans l'humain.

Plasma 

Et si la solution passait par la transparence ? Qui fait quoi ? Où sont les résultats de tel community manager ? Quel site est positionné sur quel mot clé ? Quelle agence travaille avec qui ? Il me semble que nous en sommes arrivés au stade où la meilleure façon de montrer aux internautes que certains sont incompétents est d'afficher avec fierté sa propre compétence. Comme disait l'autre : seuls les résultats comptent !

Ampoule led 

Merci pour cet article il est vraiment instructif en plus tu as pris ton temps pour le détaillé et presque tu as abordé tous les aspects.

Tj34olHXpKrx 

f916jan6f23cb 221Greetings from Floride ! Je suis sennuie c3a0 moiurr au travail alors jai dc3a9cidc3a9 de consulter votre site web sur mon iphone pendant la pause dc3a9jeuner. I amour la connaissance fournir ici et ne peut pas attendre pour prendre un coup doeil quand je rentre c3a0 la maison. Je suis choquc3a9 c3a9tonnc3a9 surpris c3a0 quel point rapide vite votre blog chargc3a9 sur mon portable .. Je ne suis pas mc3aame en utilisant WIFI, 3G juste .. Quoi quil en soit Quoi quil en soit, Vous trc3a8s bon Blog | | 122

NEWSLETTER ! RECEVEZ LES DERNIERES PERLES PAR EMAIL

©2008-2016 Tribords.com le weblog de Simon Tripnaux rédacteur web à Nice soutient #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53