Gainsbourg (Vie Heroïque)

Photo : Gainsbourg (Vie Heroïque)

Sur l'affiche on peut lire: " Gainsbourg – vie héroïque : un conte de Yoann Sfar ". Héroïque, conte : inutile de chercher ici un portrait sans concessions ou nuancé ...

Le projet de Yoann Sfar n'est pas de nous " raconter " la vie de Gainsbourg avec ses triomphes et ses zones d'ombre, mais de nous faire rêver en magnifiant le destin d'une icône. Gainsbourg - vie héroïque balaye un spectre temporel très large. Nous assistons à tout ce qui a transformé le timide et maladroit Lucien Ginsburg en un nom qui a marqué l'histoire de l'humanité. Le film part de l'enfance et s'arrête à la rencontre avec Bambou, dans les années 80. A vrai dire, si le film nous est présenté comme un conte, ce n'est pas tout à fait le cas. Nous sommes plutôt face à une illustration. Le terme peut paraître péjoratif. Mais une illustration a de bons côtés : elle est agréable à regarder, jolie, soignée, et elle excite l'imagination.

Le scénario est une suite de séquences enlevées, gaies, tristes, ou sexy, comme un album de vignettes qui nous renverraient au lien intime que l'on peut avoir avec cette figure (crédiblement incarnée par Eric Elmosnino) et ses chansons. Les films qui prétendent embrasser des vies en leur entier s'écroulent parfois sous leur propre poids, mais l'écueil a ici été évité: le film est dans la légèreté, l'évanescence, jamais dans la lourdeur plombante et le trop-plein qui peuvent gaver ce genre de tentatives.

Mais une illustration, cela possède aussi ses limites, évidemment. Ce n'est que rarement passionnant, c'est superficiel et cela n'apprend rien. On ne saura ainsi pas grand-chose de tout ce qui a fondé l'identité du personnage, le film préférant rester dans le glamour, la musique, et surtout les rencontres, incarnées par la nouvelle génération montante d'actrices françaises. On finit par avoir l'impression d'être face à un défilé de caméos d'inégales factures: si Laetitia Casta est bluffante en Bardot, Sara Forestier en France Gall ou Mylène Jampanoi en Bambou n'ont pas vraiment le temps de faire exister leurs personnages. Pas grand-chose n'existe d'ailleurs dans ce film… Et on en arrive au défaut principal : Gainsbourg vie héroïque ne ressemble pas du tout à celui qu'il décrit. Là où Gainsbourg était border-line, repoussait les limites, choquait, révulsait, fascinait, le film reste sage, dans le rang. C'est un film qui se tient bien, sur un homme qui avait fait de la mauvaise tenue un art de vivre.

Sfar sait pourtant avoir de vrais parti-pris de mise en scène et d'écriture, et sait créer un climat : de nombreuses séquences possèdent une atmosphère originale, onirique, en apesanteur. On lui souhaite à l'avenir d'utiliser ces qualités dans des projets moins consensuels, et d'essayer de sauter un peu plus à pieds joints dans son sujet au lieu de le contempler depuis le plongeoir ...
Propulsez cette page sur vos réseaux :
Pinterest
Auteur : Ilan Malka

Journaliste et chroniqueur Le Mouv' @ Radio France

Facebook 

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !

Picsario Photos On Demand

Picsario.com
Les banques d'images ont leurs limites ; la créativité et l'authenticité. La solution Picsario permet aux créateurs de contenus ou community managers de demander des photos uniques via des briefs, des mini scénarios et des castings sur-mesure. [clic!]


Et aussi ...

Draw Serge
Draw Serge est un blog qui recense tous les dessins et graphismes dédiés à Serge Gainsbourg ... Les dessins de Serge c'est par ici ! Une idée et un blog de Jonathan Edwards.

Memories of Murder
A l'instar d'un film comme Fargo, Memories of murder nous emmène dans les campagnes profondes pour nous parler crime. Mais ici, c'est la Corée profonde, déchirée certes entre son penchant américanophile ou soviétophile selon les lattitudes, mais tout ce qu'il y a de plus tranquille. La Corée des années 80 donc, celle des rizières à perte de vue. Inspiré de faits réels, Memories of murder raconte donc l'enquête chaotique et névrotique de polici...

Les nuits de la pleine lune
Il y a un peu plus d’un mois, le cinéma français perdait l'un de ses plus grands noms : Eric Rohmer. L'occasion de revenir en quelques mots sur ce grand réalisateur, à travers l'un des films les plus emblématiques de sa carrière : Les nuits de la pleine lune, sorti en 1984. Louise (Pascale Ogier) est une fille toute en paradoxes : elle aime son compagnon, Rémi (Tcheky Karyo), m...

Serge Gainsbourg : Vie Héroïque
Vie Héroïque est un film du genre biopic consacré à Serge Gainsbourg. Il sortira en 2010, le tournage vient tout juste de se terminer ! Une affiche en attendant la sortie de Vie Héroïque C'est Joann Sfar, plus connu dans la bédé, qui...

Ajoutez votre avis !

1 avis pour le moment

Albert Je n'ai jamais compris ce que les gens ont pu trouver à ce type prétentieux et sans talent. Pour moi, il n'est qu'une vaste supercherie pour bourgeois incultes, essentiellement basé sur de la provocation à trois francs. Un minable, quoi.

Autres trucs à lire :

– #CoStock #Collaboratif #Startup Costockage, le bon génie des espaces inutilisés
– #XMas2013 Idées cadeaux #002
– #graphisme #fashion #geek laFraise fait peau neuve !
– Le blog Le petit monde de NatieAK par NatieAK

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53