Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Photo : Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans

Nous sommes dans une Nouvelle Orléans encore sous le choc du traumatisme Katrina. Dans ce décor de désolation, l'inspecteur Terence McDonagh a un programme plutôt chargé ...

Résoudre une sordide affaire de meurtre ; sauver sa compagne, une prostituée, des mains de clients violents ; se protéger de la police des polices qui a des soupçons sur ses méthodes ; trouver de l’argent pour éponger ses dettes ; et obtenir de la drogue pour sa consommation …

Tout ceci ne lui laisse que peu le temps de souffler, et lorsqu’il avoue, au détour d’une séquence, n’avoir dormi qu’1h30 en trois nuits, on n’a pas vraiment de mal à le croire. Ne pas s’y tromper : ce nouveau Bad Lieutenant n’a que peu à voir avec celui, éponyme, sorti en 1993. Werner Herzog n’a pas ici signé un remake du film d’Abel Ferrara, il lui a en réalité simplement emprunté son personnage de flic écorché vif, drogué, toujours à deux doigts du pétage de plombs, pour lui faire vivre une nouvelle aventure. Les amateurs du grand cinéaste Allemand ne doivent pas, eux non plus, s’y tromper : ils ne retrouveront pas ici la grandiloquence tragique d’ Aguirre la colère de Dieu. Non, ce qu’a fait Herzog ici… ressemblerait plutôt à une bonne grosse blague. Les séquences improbables s’enchaînent, des visions hallucinées sous drogue cotoient d’autres scènes de pure comédie. Gardant un filon d’intrigue policière pour soutenir l’attention, le film se permet d’aller un peu partout où il le souhaite : la critique sociale ironique, le thriller musclé, ou encore la grosse parodie. Herzog a décidé de se lâcher, et il ne fait pas les choses à moitié.

Cela rend t-il son film inintéressant ? Certainement pas, bien au contraire. D’abord parce qu’une bonne grosse blague peut être hyper plaisante à regarder, quand elle est réalisée par un auteur qui maîtrise totalement l’outil cinéma, le cadrage, la lumière, et qui sait utiliser au maximum le potentiel déglingué de ses acteurs. Mais aussi parce qu’une bonne grosse blague peut avoir une profondeur, quand elle est signée d’un artiste pour qui l’humour est franchement la politesse du désespoir. Herzog filme en effet un monde où la drogue et l'humour sont les seuls exutoires pour survivre à une réalité, bien montrée : celle des habitants de la Nouvelle Orléans post-Katrina. C'est toute cette galerie de caractères que va croiser le héros au cours de son enquête : ce prisonnier baignant dans la flotte que tout le monde a oublié, ce jeune gamin qui subsiste en faisant le livreur et en subissant la loi de la rue et de l'omerta, cette prostituée contrainte d’encaisser les coups de mauvais coucheurs pour gagner sa vie, cette femme décrépie qui noie son ennui dans la bière... Impossible de tenir là-dedans sans prendre une distance, et c'est cette distance que filme Herzog. Si tout ceci ressemble à une blague, ce n’est pas pour le seul plaisir de faire grimacer un Nicolas Cage génial de démesure, mais bien par besoin de désamorcer un mal de vivre difficilement soutenable.

Difficile de dire à chaud si ce Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle Orléans est un film majeur… on serait tenté d’y voir avant tout, encore une fois, une bonne grosse blague, et pas une œuvre dont on garde des choses fortes. Mais les bonnes grosses blagues qui réussissent à exprimer, sans trop y toucher, un tel vertige existentiel sont rares… Une bonne raison pour ne pas manquer celle-là.
Partagez à fond les horizons :
Pinterest
Auteur : Ilan Malka

Journaliste et chroniqueur Le Mouv' @ Radio France

Facebook 

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

Monsieur Météo : The Weather Man
Qui d'entre nous ne s'est jamais posé la question de savoir qui se cache derrière les prédicateurs agités de la sphère cathodique ? Vous ? Non, pas vous, ce n'est pas possible. Derrière les Madame et Monsieur Météo, il y a donc des vies ... Mal fichues parfois, malgré les éclats nuageux d'une gloire cachetée en milliers de devises. Nicolas...

Ajoutez votre avis !

2 avis éclairés

Week end à l 

Je me suis gentiment lancé dans une analyse poussé du film lorsque mon ordinateur à bugué ! J'étais en train de louer la façon dont le réalisateur à développé si adroitement la personnalité du Lieutenant qui est tantôt détestable, malsain, et regorgeant de vices, tout en étant parfois brillant, plein de réussite, attachant, et courageux. Pour moi ce film n'est pas la blague, et dépeint parfaitement l'ambivalence à laquelle l'homme est sujet.( tantôt bon/tantôt mauvais)
Nicolas cage est parfait dans ce rôle et démontre qu'il est un acteur révé lorsqu'il s' agit d'incarner un anti-héros !!

JQJLRaBatjbS 

Super ton art journal e0 toi aussi une tre8s bonne anne9e 2012 et peilns de bonnes choses pour toi et toute ta famille je compte aller surement e0 cre9ativa on se tient au courantBiz Claudine

Autres trucs à lire :

– Vélo, rétro, écolo Vélos rétro : Boulon de Culture
– Roches'n'Roll ! Les Alpes de la Méditerranée méritent l'Unesco !
– Le héros au poil ! Petit Poilu
– Le blog Lilou's Shark par Aurelie

NEWSLETTER FOR EVER !

©2006-2018 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux Content Manager, créateur du hashtag #JeudiPhoto et soutien de #CotedAzurFrance

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53