13 tzameti

Photo : 13 tzameti

Le chiffre treize, la roulette russe, l'argent. Invités de toujours des jeux où le fric est une question de chance, voilà le cadre. Mais plus que de simples babioles pour casinos, ce film là invite un autre convive à participer au jeu : la mort. Peu de films ne vous donneront autant la nausée. Un véritable choc esthétique et moral.

Lauréat du Grand Prix du Jury dans la section Films de fiction au Sundance Film Festival, rien que ça. 13 tzameti est un véritable choc émotionnel qui vous agrippe les vessies, les tripes, ou tout ce qui peut pendouiller. C'est le premier long métrage de Gela Babluani, un jeune cinéaste mais déjà pas mal torturé. Alors ce film ? Pourquoi ne pas passer au scénario ? Tout simplement parce qu'il est sacrilège d'en dévoiler la trame principale.

Sébastien est le héros du film. Il est tombé sur un filon bougrement intéressant : gagner plein d'argent en se rendant à un rendez-vous mystérieux. Le truc, c'est que la lettre de l'invitation n'est pas à lui. Elle avait été adressée à son employeur maintenant froid qui vient de se suicider. Pourquoi s'est il liquidé ? Appuyons le suspens, voulez-vous ?

Notre héros ahuri - car c'est un peu la dégaine qu'il trimballe - s'en court donc gagner fortune au rendez-vous qui l'attend. S'ensuit une série de plans où la pression monte : le rendez-vous est très secret. Un jeu de piste s'engage alors pour tombre dans la clandestinité d'une grande demeure loin de tout. Plus qu'un cluedo morbide, 13 tzameti est aussi un film à l'esthétique ébouriffante. Au delà des premiers démelès, la plupart des moments se déroulent en un huis clos oppressant. Sombre, noir, glauque, les tons anthracites d'un noir et blanc élégant soulignent l'intensité dramatique. Et niveau intensité dramatique, il se place là.

La mort est omniprésente, elle rôde, elle se palpe à chaque image et même, on croit en sentir l'odeur. Pour tout dire, la mort est l'axe de plus de la moitié du film. Morbide, car c'est une mort affligeante. Ridicule. Une mort sans panache, salie, encrassé par la stupidité et la cupidité humaine. Et qui pourrait bien vous en rendre malade le temps d'une bonne heure. Du grand Art.

Bande-annonce :
Quelques clics pour partager :
Pinterest
Auteur : Simon Tripnaux

Blogueur lifestyle - Content manager & expert SEO. Mon job, rendre visible et lisible vos projets par les mots. Adepte de l'écriture depuis 1978.

Twitter Facebook LinkedIn

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !

Picsario Photos On Demand

Picsario.com
Gagner de l'argent facilement avec un smartphone, c'est possible si vous avez un peu de talent en photo ! La solution Picsario met en relation des créateurs de contenus, des blogueurs et des agences de communication avec une communauté de photographes. Une expérience à suivre. [clic!]


Et aussi ...

Tetro de Francis Ford Coppola
Il y a des non-dits qui bousculent, heurtent, blessent et empêchent. Angelo renaît sans passé sous le nom de Tetro comme Tetrocini et ce en noir et blanc... Il avait jadis rêvé d'être écrivain, il pensait en avoir le talent mais d'autres en ont décidé avec des phrases assassines ... autrement. Il a donc arrêté ce choix si particulier de couper le cordon qui l'unissait à sa douleur ... sa famille. Échoué à Buenos Aires, il vit avec sa propre psychiatre qui a commis l'irréparable en l'aimant. Rencont...

L'Hôpital et ses fantômes
Parcourant les rayonnages criards d'un vidéoclub dont je tairais jusqu'à l'existence, quelle ne fut pas ma joie de tomber sur un DVD qui sentait bon, à mes yeux olfactifs, des souvenirs d'images surréalistes et glaciales. Le sujet de mon émoi : Kingdom Hospital, connu aussi sous le nom de "L'hôpital et ses fantômes", chef d'œuvre s'il en est et pas des moindres ... M'emparant de la promesse d'un savoureux visionnage, voilà que je déchante vite. La série de Lars Von...

Ajoutez votre avis !

4 avis forts intéressants

France 

quelle suspense cela doit etre bien comme film

Cocobeloeil 

un film culte qu'il faudra comparer avec sa prochaine version Hollywoodienne

Simon 

Ah je n'étais pas au courant qu'un remake était en préparation ... plus d'infos peut-être ?

Rolex replic 

C’est donc souvent la même partition… mais jouée avec des instruments ou sur un tempo différent. Il y a toujours une grande sensibilité aux lieux filmés, on a toujours l’impression d’être là, de ressentir, d’être imprégné.

Autres trucs à lire :

– Noir c'est noir ... Benoit Courti : Deep Black
– à gagner et à emporter ! Concours Calepino
– #Job #SMO #Emploi beBee, le réseau social made in Europe !
– Le blog Papilles et Pupilles par Anne

NEWSLETTER FOR EVER !

©2008-2017 Tribords.com le blog lifestyle de Simon Tripnaux rédacteur web freelance soutien de #CotedAzurNow

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53