En effet, c'est un must indéniable. Mais premier sur Google, pour quoi faire ? Il faut pour répondre à cela se poser deux questions qui ont leur importance :
  • premier sur quelle expression ?
  • premier pour faire quoi ?
Nous le verrons, et nous le savons d'ailleurs tous un peu, novices ou pros, cette première position sur Google n'est jamais le fruit du hasard ou de la chance. Les éléments pour y parvenir sont développés ailleurs sur divers sites, et ce n'est pas là notre propos. Le propos donc, c'est de bien savoir sur quoi on veut être le premier, et savoir d'abord ce qu'on voudra en faire. Pour ce qui est des fleurs, le premier élu a choisi de vous les vendre. Et vous ? Avec près de 30 à 40 % des clics sur la page de résultats, la première place est belle et bien une place de choix !

Premier sur quel terme ?

Il faut se faire une idée précise de ce que l'on a à proposer à l'internaute sur le web. Si votre site est un site marchand qui vend du boudin (tiens,tiens,voilà du boudin !), vous pourriez être tenté de penser que votre expression clé comprend le couple "achat de boudins", comme cela se voit souvent ici et là, en réutilisant toujours des associations de mots clé qui ne sont pas forcément ceux que l'internaute lambda va rechercher en priorité. Ce seront surtout les mots clés les plus tapés par les référenceurs lambda qui, c'est bien connus, ne sont pas vos prospects. Et si être premier sur Google sur le terme "boudin" n'était pas plus intéressant ? Le fait de l'exclure part du principe répété par les pros que les internautes tapent des expressions plus complexes, de plusieurs mots. Oui mais voilà, que ce soit "boudin pas cher" ou "boudin des Alpes", il y a toujours du boudin quelque part. C'est lui le mot clé, il n'y a pas à tortiller. A partir de là, la réflexion est souvent poussée par l'idée même des combinaisons : le principe est entendu que positionner en premier sur Google un seul mot clé est plus difficile qu'une expression de plusieurs mots. Nous en savons quelque chose ici avec la psychanalyse (3ième) et la psychanalyse en ligne (1er). Notre score où nous sommes premier sur Google est certes plus beau. Mais combien de gens savent qu'une psychanalyse en ligne existe comparés à ceux qui veulent simplement entamer une psychanalyse ?

Voilà, à la lecture de notre article, à ce point où nous en sommes (oui ici là maintenant), vous avez compris l'intérêt d'être premier sur une vraie expression clé, stratégique, qui sera certes très très difficile à atteindre, mais qui ne sera plus si courtisée que ça car beaucoup de référenceurs la considèrent comme impossible à atteindre. Maintenant, soyons sérieux. Si comme dans notre premier exemple vous voulez être premier sur Google pour vendre des fleurs sur le seul mot "fleurs", il va falloir patienter de quelques mois à quelques années (pour un résultat naturel hein...) Alors dans ce cas, si vous n'êtes pas prêt à attendre longtemps et travailler votre référencement jour et nuit, il n'y a pas 427 solutions. Il y en a 3.

Soit vous pensez à un créneau moins encombré du point de vue concurrentiel. Attention cela veut parfois dire que si il n'y a pas de concurrence, ça n'intéresse personne. Laissons cela de coté pour le moment mais nous y reviendrons dans la partie "pour faire quoi" de cet article ...

Soit vous gardez le même créneau et vous cherchez une autre expression clé, de préférence en un mot, qui qualifie votre activité. Pour le mot "fleur", nous avons très simplement "fleur" (au singulier), mais aussi "fleuriste", "bouquet" et biensûr l'expression "bouquet de fleurs".

Soit vous privilégiez une approche très intelligente qui consiste à privilégier la longue traine, c'est à dire les expressions connexes que tapent réellement les internautes, mais en très petite quantité. Pour les fleurs par exemple, ces expressions plus rares sont les noms de ces charmants graminés : azalé, tulipe, etc. Il est alors utile de démultiplier le nombre de pages du site en se mettant bien en tête que ce n'est plus votre page d'accueil de votre site la cible à atteindre. C'est donc une page dédié, disons, à la tulipe. Cette page devra donc être optimisée sur la tulipe, référencée comme telle, etc ... Si c'est une expression encore plus pointue comme "tulipe jaune à trous bleutés", c'est encore mieux. Nous reparlerons de la longue traîne plus tard, mais vous avez déjà de la lecture à foison là dessus sur le web. Le propos ici est de dire : voilà une autre possibilité pour être premier sur Google. Super ! Bon, et on en fait quoi ?

Premier sur Google pour faire quoi ?

Dans cette question, il y a toutes les réponses que vous voulez y mettre. La plupart du temps, vous voulez être premier sur Google pour vendre quelque chose, un service ou un bien. Cela peut aussi être simplement "vendre" de l'espace publicitaire. En fait, le sens de la question serait plutôt : pour faire quoi comme site web ? Si vous êtes premier sur "fleurs", vous devez impérativement atteindre votre objectif premier, à savoir transformer votre visiteur en acheteur ou en fidèle. Il faut une fois premier sur une expression acquérir la confiance de l'internaute. Ce sont les domaines du webmarketing, de l'ergonomie, etc ... La quasi totalité des sites qui sont maintenant premier dans les résultats de Google sont très biens réalisés. C'est surtout parce qu'ils l'ont été bien avant d'être premier, et c'est certainement leur qualité qui les a menés à cette première place. Il y a la qualité par l'internaute, celle visible, et la qualité du marketeur, celle qui doit être prise en compte tôt ou tard pour ne pas gâcher un trafic important.

Un trop grand nombre de conseillers en stratégie web misent sur le référencement seul. La promesse ou l'espoir d'une première position ou d'une première page de résultats doit s'accompagner de conseils plus pertinents et souvent biens plus complexes encore que le référencement pour ne pas gaspiller le trafic obtenu. Chez Buzzistic, nous aimons insister sur ces points clés. Nous parlons de tunnels de conversions par exemple. Ce sont les scénarios de navigation que nous imaginons pour qu'un internaute trouve le plus rapidement une information et surtout pour qu'il passe à l'action le mieux possible. Pour les sites e-commerce, le phénomène de l'abandon de panier est souvent incompressible dans le flot du trafic, et pourtant, il peut être amélioré. Par les choix sur les mots, les visuels, la navigation, et même le développement d'un code intelligent pensé pour assister l'utilisateur. La théorie de la moindre surprise et l'ergonomie sont mises en jeu pour abaisser au maximum les risques d'écarts avec le scénario. Un exemple ? Nous préconisons aux e-commercants d'utiliser le terme "acheter" plutôt que "ajouter au panier".

Allez, au terme de cet article, une seule vraie question se pose pour son auteur (moi,donc) : cette page va-t-elle sortir en premier résultats sur son titre ? Rendez-vous dans les pages de résultats dans quelques semaines !