image Test : SleepTracker

Test : SleepTracker

J'ai pas dis à poil : j'ai bien écrit pile-poil ! Je vous invite à rentrer dans l'intimité moite de mes nuits avec une petite bafouille sur un produit édifiant qui révolutionne le sommeil : la montre SleepTracker !

Elle est follement ingénieuse car elle vous laisse dormir tout votre saoul dans la limite du raisonnable, en parfaite osmose avec vos cycles naturels. Oui, ça fait rêver : sachez donc que ça existe vraiment. 

Le concept : une zone tampon de 20 minutes que vous pouvez configurer à votre guise. Pendant ce laps de temps, la montre peut déclencher l'alarme que vous avez paramétré avant l'heure du réveil. 

Elle choisira de manière optimale le meilleur moment. Pour se lever du bon pied. Allez, une photo pour admirer les deux modèles en noir et en blanc ... on se retrouve plus bas !

photo des montres Sleeptracker Elite

Tout à fait : elles sont aussi bien jolies, en tous les cas elles cachent bien leur jeu. Celui qui consiste à vous tirer de la couette en douceur. Bon, maintenant on passe aux choses sérieuses. A savoir : le test de ce système ingénieux qui paraît-il rend les rendez-vous chez Morphée encore plus reconstituants ... c'est parti !

Première nuit

Pour le moment tout se passe bien, mais je me couche encore un peu tard et souhaite obtenir un réveil optimal un peu trop tôt pour mon frêle métabolisme : la montre fait parfaitement son boulot en me réveillant discrètement en vibrant. Je mettrai à jour ce billet au fur et à mesure de cette étonnante expérience où la technologie écoute le corps. Pour s'adapter aux contraintes modernes dans la tendresse d'un soupir au creux d'un petit matin ensoleillé. Parfaitement, il faut que poésie s'écrive un brin. Pour le test : à suivre ici-même; donc ...

Confirmation de deuxième nuit ?

Reprise du lundi matin : après avoir laissé passer un week-end fort bien mérité, je repars pour une deuxième nuit à tester cette montre chronobiologique blanche comme les lunes claires. Dimanche nuit donc, j'attrape ma Sleeptracker : légère, elle se fait discrète sur le poignet. A l'intérieur, la mécanique du gyroscope attend patiemment l'heure de mon réveil, ou plutôt : la fenêtre de réveil de 20 minutes ... 

Résultat pour ce second réveil assisté : test réussi une fois de plus, j'ai la très nette impression d'être déjà parfaitement réveillé, ce qui est à peu près le cas. Je met de coté un paramètre important de ce test, à savoir qu'en ce moment j'ai beaucoup de travail et je me couche horriblement tard, si tard que c'en est épuisant. De cinq à six heures de sommeil pour ma dose, ce n'est pas suffisant.

Il me semble donc, à mon avis, que la montre joue ici d'autant mieux son rôle : elle optimise la qualité de l'éveil pour que la récupération soit aussi mieux gérée. Moralement en tous cas, je ne me réveille plus avec l'envie saugrenue de découper un ours brun à mains nues. C'est déjà un très bon point. Pour le moment : mission accomplie !

Mise à jour du 20 juin 2013 : #Concours ! une montre SleepTracker à gagner chez BlogMotion en participant par ici avant le 26 juin !

Quelques autres avis sur la blogosphère ? Oui, un : le réveil chronobiologique en détail avec là aussi un test utilisateur qui donne la réponse à la question : est-ce que ça fonctionne vraiment ? Ma conclusion personnelle : test concluant ! 

Cette petite montre blanche (mon modèle) réveille vraiment tout en douceur pour des petits matins plus actifs et souvent bien moins douloureux que la corne de brume d'antan ...

Pour en savoir plus sur cette tocante épatante, cliquez donc sur Sleeptracker.fr !

Attention : cet article a été publié il y a 3 ans !