image La magie des écrans

#art #digital #ecrans

On en a plein les poches, des écrans tactiles. Sur nos gentils smartphones favoris comme de bien entendu, mais aussi sur nos tablettes. Ils sont partout, mais certains vont bien au delà car ils gagnent sur des territoires indomptés par la technologie. Comme par exemple, celui de l'art. Voilà bien un univers qui me touche de près, depuis mes études en Histoire de l'Art à l'Université de Perpignan : la beauté des arts plastiques, sous toutes les coutures. C'est la camarade journaliste Claire Richard qui m'a interpellé il y a peu avec son article à propos d'un Botticelli géant chez Google ... Oui, vous pouvez cliquez : on y parle d'un écran, géant, où on peut se promener dans le tableau La Naissance de Vénus ... un moment riche en émotions. La puissance du zoom, le grain de l'œuvre, voilà que la féérie opère.

A l'assaut de notre quotidien !

Ils sont grands et plutôt balaises, et s'attaquent au monde du travail. Pour la logistique, organiser une réunion, balancer un formation ... Le truc qui fait la différence avec un écran interactif tactile : la possibilité de manipuler les informations à l'écran, du bout des doigts. Ce n'est plus du tout la même galère qu'avec les bons vieux tableaux et autres ardoises d'antan. Plus besoin de feutres, ni de craies. On y va tranquille avec les paluches, en faisant tout de même bien gaffe à ne pas trop y coller de gras. L'ère du digital, c'est décidément pas banal. Ce qui m'amuse le plus avec ses écrans que l'on rencontre ici et là dans un aéroport ou le hall d'un hôtel, c'est le coté ludique de la situation. Les moins de 20 ans qui ne peuvent pas comprendre l'auront peut-être compris : les écrans qu'on fait bouger avec les doigts, c'était ma science-fiction à moi du temps où j'étais môme. C'est désormais notre réalité à tous les coins de rue, jusqu'à l'overdose parfois.

On se paye une toile ?

Cela dit, je ne vous cache pas que ce je préfère par dessus tout c'est de faire l'effet cinéma, avec un Vidéoprojecteur interactif qui balance les images sur un beau mur blanc éclatant. Les couleurs, les formes à fond les ballons qui envahissent l'espace, et toujours l'interactivité. Cela me fait penser au mur de chez Google, dont je vous parlais plus haut ... Parce qu'il y a quelques années de cela, les rétroprojecteurs un peu plus élaborés que le diapod coûtaient le prix d'un rein en bon état. Aujourd'hui, cette époque est révolue ; tous les projos disponible sur le marché sont 100% numériques, et surtout à la portée des plus petits budgets. Compter tout de même quelques centaines d'euros, mais pour l'avoir déjà vu fonctionner dans plusieurs configurations, c'est vraiment bluffant. Il me semble que ces rétroprojecteurs contemporains sont vraiment l'avenir de la formation, et même, de l'école au sens le plus scolaire du terme. Parce qu'ils sont ludiques, et que l'image est toujours plus omniprésente dans nos vies, elle a toute sa place dans une pédagogie bien tournée.

Pour aller plus loin sur les écrans tactiles : comment ça marche ? Et vous, vous préférez les grands écrans ou les vidéo-projecteurs ?